Nassourdine Imavov décrypté avant le main event de l'UFC Vegas 67

Nassourdine Imavov (à gauche) lors de son combat contre Joaquin Buckley en septembre dernier à l'Accor Arena. (Franck Seguin/L'Équipe)

Le 14 janvier à Las Vegas, le combattant français sera en main event face à l'Américain... Sean Strickland. Kelvin Gastelum, blessé à une dent, a dû déclarer forfait. Scan complet du n° 12 mondial des moyens par son coach, Fernand Lopez.

lire aussi : Un nouvel adversaire pour Imavov

Striking : 8/10Fils et petit-fils de boxeur, Nassourdine Imavov boxe depuis l'âge de 10 ans, soit deux ans après son arrivée à Marseille depuis le Daghestan. Il ne parle alors pas le français mais la bagarre est un langage universel. S'il est moins à l'aise sur les kicks, son anglaise est redoutable. « Il a très peu de marge de progression dans ce domaine, décrypte son coach, Fernand Lopez. Il maîtrise le répertoire : déplacements, retraits, pivots. Il peut s'améliorer sur le timing et l'économie d'énergie pour davantage d'efficacité. »

lire aussi : Nassourdine Imavov : « Je suis dangereux »

Lutte et sol : 7,5/10Au Daghestan, la lutte est le sport national. Imavov (27 ans, 12 v., 3 d.) s'y essaie avec les copains : « Quand un ami venait à la maison, ça partait direct en bagarre ». Pour Lopez, il a peu de rivaux en la matière : « C'est un des meilleurs lutteurs de sa catégorie, même s'il est plus performant en défensif qu'en offensif ». Le sol est la botte secrète du pensionnaire du MMA Factory : « Il est à peine ceinture bleue de jiu-jitsu brésilien mais il bat beaucoup de ceintures noires. C'est un piège de l'emmener au sol, il y est extrêmement dangereux ».

lire aussi : Tous les épisodes de K.-O., le podcast des sports de combat de L'Équipe

Cardio : 7/10Imavov va disputer son premier combat UFC en cinq rounds : soit 25 minutes, si le combat va à son terme, qui forcent le corps à puiser au plus profond. Lopez l'a préparé pour ce défi : « Il aime le combat et va y aller tout de suite. Mon rôle sera de le retenir un peu. Je veux imposer à son adversaire une grosse dimension cardio, avec beaucoup de déplacements. Quand il sera en recherche d'oxygène, Nassourdine commencera à gagner du terrain pour finaliser le combat ».T

lire aussi : Top 5 des plus beaux combats de 2022

Expérience : 7/10L'expérience ne s'improvise pas. « On travaille avec Nassourdine sur l'envie de combler ce manque. Il y a un temps incompressible d'apprentissage. Le but : enregistrer les informations, les automatismes, solliciter des adaptations, anticiper sur l'intelligence de combat... »

Mental : 7/10Face à l'Américain Joaquin Buckley, en septembre à Paris, Imavov s'était beaucoup investi émotionnellement, stratégie propre à ce combat. « Avant, il combattait pour dominer dans tous les domaines. C'était un piège. Son ego prenait le dessus. Aujourd'hui, il est malin. » Et animé par une conviction, mieux, une croyance : il est en mission pour décrocher la ceinture. « Pour lui, c'est irréversible. Mais il a le défaut de sa qualité : il ne faut pas aller dans l'excès de croyance. La seule certitude qui existe en MMA, c'est qu'il n'y a pas de certitude. C'est le temps qui permet de comprendre ça. La fougue le fait parfois oublier. »

lire aussi : Toute l'actu MMA