Natation - AUS - La famille de l'Australien Mack Horton victime de harcèlement

L'Equipe.fr
L’Equipe

Depuis que leur fils a publiquement accusé de dopage le Chinois Sun Yang, les parents du nageur australien se disent victimes de harcèlement. Et pas seulement sur Internet. L'image avait été l'une des plus fortes des Championnats du monde, l'été dernier à Gwangju (Corée du Sud). Celle de l'Australien Mack Horton, tête baissée, descendant du podium du 400 m dont il venait de prendre la deuxième place derrière Sun Yang. Par ce geste fort, Horton entendait protester contre la présence du Chinois, autorisé à nager alors qu'il était accusé d'avoir saboté un contrôle antidopage en détruisant ses échantillons à l'aide d'un marteau. Depuis, Sun Yang a été condamné pour ces faits par le Tribunal Arbitral du Sport à huit ans de suspension. Ça n'était alors pas le coup d'essai d'Horton puisqu'aux Jeux Olympiques de Rio, en 2016, il avait accusé Sun d'être « un tricheur » après l'avoir battu sur 400 m. Une prise de position qui a eu de lourdes conséquences sur la vie quotidienne de toute sa famille. Dans une interview à The Weekend Australian Magazine, ses parents Andrew et Cheryl ont raconté l'enfer qu'ils vivent au quotidien depuis quatre ans, ce qu'ils nomment le « siège virtuel » de leur domicile de la banlieue de Melbourne. Ils expliquent les tentatives d'effraction, les nuisances (« Les supporters de Sun frappent régulièrement sur des casseroles et des poêles en pleine nuit en nous insultant, ils ont empoisonné notre jardin et jeté des excréments de chiens par-dessus la clôture et on a retrouvé des morceaux de verre au fond de notre piscine »), les menaces de mort sur Internet contre eux et leur plus jeune fils Chad, le piratage de leurs ordinateurs personnels et professionnels. Au point que les autorités australiennes ont mis en place un programme de surveillance de la famille Horton. Cette réalité, le nageur (24 ans) ne l'a découverte que récemment : « Au départ, je ne me doutais pas de l'ampleur ce qui se passait, a-t-il expliqué. Parce que mes parents essayaient de me protéger. Mais depuis l'été dernier, j'ai compris ce qu'ils endurent. Voir et entendre l'impact que cela a eu sur leur vie m'a vraiment bouleversé. Mais je reste fier de ce que j'ai fait et je continuerai à me battre pour un sport propre. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi