Natation - Béryl Gastaldello rebondit aux Étoiles 92

·2 min de lecture

Au sortir d'une saison olympique décevante, Béryl Gastaldello a décidé de quitter le Cercle des Nageurs de Marseille pour s'engager avec le club francilien des Étoiles 92. Tout en continuant de s'entraîner aux États-Unis. Béryl Gastaldello ne gardera pas un souvenir éclatant des Jeux Olympiques de Tokyo. Qualifiée uniquement au titre du relais 4x100m (10e et éliminée en série), la Marseillaise (26 ans) avait également participé au 100m dos, sans plus de succès (23e des séries). Des moments qu'elle ne souhaite pas raviver mais qui, selon elle, ont été « comme la sonnerie d'un réveil. » En clair, il lui fallait changer des choses pour se projeter sur Paris 2024. Pour cela, la détentrice des records de France en petit bassin du 100m, du 50m dos et du 100m 4 nages a choisi de rompre le fil qui la liait depuis huit ans au Cercle des Nageurs de Marseille : « Je remercie le club et en particulier son président Paul Leccia de m'avoir accompagnée dans mon parcours pendant toutes ces années, surtout dans mon projet sportif et scolaire de partir aux États-Unis, explique-t-elle. Mais aujourd'hui, j'ai besoin de vivre une nouvelle histoire, une nouvelle aventure. » « Un coup de coeur » Gastaldello vient donc de s'engager avec les Étoiles 92, jeune club francilien - lancé en août 2020 - qui partage ses entraînements entre les piscines de Nanterre et Puteaux. « J'ai été contactée par mon ami Grégory Mallet, qui est un de leurs ambassadeurs (au même titre que Jérémy Stravius), raconte-t-elle. Je leur ai rendu visite la semaine dernière et j'ai eu un coup de coeur, notamment pour le président Étienne Passani. On a tout de suite été connectés, on partage les mêmes valeurs. C'est un club singulier qui défend un triple projet, performance, scolarité et reconversion, qui fonctionne uniquement sur des fonds privés et qui reproduit le modèle anglo-saxon. C'est quelque chose que je souhaite porter et représenter. » lire aussi Toute l'actu de la natation Gastadello, qui se remet doucement d'un Covid tenace, est repartie le week-end dernier aux États-Unis. C'est là qu'elle va continuer à s'entraîner mais « pas forcément » dans sa base texane de College Station. « Pour le moment, je ne souhaite pas annoncer où je vais nager, je fais les choses dans l'ordre », dit-elle. En avril dernier, elle avait suivi pendant trois semaines un stage en Californie avec le groupe du très réputé Dave Salo. Elle sera de retour en Europe pour les demi-finales de l'ISL à Eindhoven (11-28 novembre) avec son équipe des LA Current. « Ensuite, je défendrai les couleurs de mon nouveau club aux Championnats de France à Montpellier (8-12 décembre) et je suis qualifiée pour les Championnats du monde petit bassin d'Abu Dhabi (16-21 décembre). Je reviendrai en France pour passer les Fêtes en famille et on démarrera un nouveau cycle. » Béryl Gastaldello « J'ai trouvé une famille, avec des jeunes super motivés qui ont soif d'apprendre et avec qui je vais pouvoir partager ce que j'ai acquis au fil des années » Après une saison olympique en demi-teinte, Gastaldello espère donc se relancer dans ce nouvel environnement où elle sera à la fois une ambassadrice (c'est la première nageuse de renom à s'engager avec les Étoiles) et une référente : « Le mot clé, c'est la transmission, précise-t-elle. J'ai trouvé une famille, avec des jeunes super motivés qui ont soif d'apprendre et avec qui je vais pouvoir partager ce que j'ai acquis au fil des années. Et je vais rentrer le plus possible pour les Championnats et pour les stages. C'est gagnant-gagnant. C'était important, quand je serai en France, que je me sente dans un endroit familier où on me soutienne. » « C'est un vrai tournant dans ma carrière, après huit saisons à Marseille, un des plus gros clubs de France, conclut-elle. J'arrive dans une structure toute neuve qui ne demande qu'à grandir, avec un président qui veut faire bouger les choses en proposant un modèle inédit. Je suis très heureuse de tout ça. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles