Natation - JO - Sarah Sjöström incertaine pour défendre son titre olympique sur 100 m papillon

·2 min de lecture

Championne olympique en titre, Sarah Sjöström hésite encore à s'aligner sur le 100 m papillon à Tokyo. La Suédoise, qui prendra déjà part aux 50 et 100 mètres nage libre, attend de voir son évolution après sa fracture du coude fin février. Cinq mois après sa fracture au coude et à deux semaines du début des Jeux Olympiques (23 juillet-8 août), la nageuse suédoise Sarah Sjöström, championne olympique en titre du 100 m papillon, reste incertaine pour défendre son titre à Tokyo, a-t-elle annoncé dimanche. « Mes principales épreuves seront les 50 et 100 mètres nage libre. Je suis aussi sur la liste de départ pour les 100 mètres papillon [...], je prendrai ensuite une décision », a déclaré Sjöström dans un entretien à l'AFP. Le papillon, la nage la plus compliquée à réapprendre Après sa fracture du coude fin février, la nageuse de 27 ans s'est remise au travail dans les bassins. Non sans difficulté. Elle explique que le papillon est la nage qui lui a pris le plus de temps à réapprendre. « J'étais beaucoup plus forte dans mon bras gauche, il a fallu du temps pour retrouver la coordination entre les deux bras », détaille-t-elle. « Je peux nager le papillon maintenant, je ne suis juste pas sûre d'être prête à concourir pour le papillon aux Jeux Olympiques. » lire aussi Fracture d'un coude pour Sarah Sjöström Mais la Suédoise ne s'inquiète pas outre mesure. « Il me reste encore un peu moins de deux semaines avant de pouvoir commencer la compétition et je sais, d'après ce que j'ai appris avec cette blessure, que deux semaines c'est beaucoup de temps pour moi. » Sarah Sjöström. «Je suis très heureuse des résultats que j'ai obtenus dans les épreuves de nage libre (en juin) et je pense que je peux franchir une nouvelle étape lorsque j'arriverai aux Jeux Olympiques. » Sjöström était tombée lors d'une promenade à Stockholm, quelques heures après un entraînement, et s'était fait opérer. Elle avait ensuite expliqué en mai à la radio suédoise avoir perdu près de quatre centimètres de masse musculaire autour de son bras cassé, causant un problème « d'asymétrie ». lire aussi Le programme de la natation aux JO de Tokyo Si un doute subsiste donc sur le 100 m papillon, concernant le 50 et 100 mètres nage libre, la reine des bassins est plus confiante : « Je suis très heureuse des résultats que j'ai obtenus dans les épreuves de nage libre (en juin) et je pense que je peux franchir une nouvelle étape lorsque j'arriverai aux Jeux Olympiques », explique-t-elle. La Suédoise détient quatre records du monde en grand bassin (50 et 100 m nage libre, 50 et 100 m papillon). À Rio, en 2016, elle avait remporté trois médailles, l'or du 100 m papillon, l'argent du 200 m libre et le bronze du 100 m libre. Elle devrait encore être au rendez-vous des podiums à Tokyo. lire aussi Toute l'actu de la natation

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles