Natation : Jean-François Salessy jette un pavé dans la marre et attaque l'International Swimming League

Célia Sommer
·1 min de lecture

Le pari de l’International Swimming League (ISL) était osé : rassembler pendant presque six semaines (du 16 octobre au 22 novembre), en pleine crise sanitaire, dix équipes composées des meilleurs nageurs du monde à Budapest. L’ISL est une ligue privée, pensée en 2019 par le milliardaire et homme d’affaires Ukrainien Konstantin Grigorishin. Son objectif est simple : professionnaliser la natation en allouant des prize money aux sportifs et en faire un véritable show.

Mais dimanche 15 novembre, certaines voix, critiques à l’égard de la compétition, ont souhaité se faire entendre. Parmi elles, une s’élève plus que d’autres : celle du manager général de l’équipe Energy Standard Paris, Jean-François Salessy. Dans une lettre ouverte adressée à Konstantin Grigorishin, il déclare ne plus vouloir faire partie de "sa farce" et annonce son retour imminent en France. "La création d’une ligue professionnelle pour les nageurs, j’ai trouvé ça très intéressant au départ. Elle replaçait les sportifs au centre du débat, reconnaît le manager. Mais à partir du moment où l’équité sportive et la transparence financière ne sont pas respectées, j’ai considéré que les conditions n’étaient pas réunies. Je suis déçu car j’avais de l’espoir en ce nouveau format de compétition."

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi