Natation - Mondiaux (pb) - Ndoye-Brouard et Herlem en finale du 200m dos des Mondiaux

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Maxime Grousset
    Nageur français

Yohann Ndoye-Brouard et Antoine Herlem se sont qualifiés pour la finale du 200m dos, comme les relais 4x50m femmes et 4x100m 4 nages hommes. Au dernier jour des Mondiaux, on attend aussi les finales de Damien Joly sur 1500m et, surtout, Maxime Grousset sur 100m. Il est le premier à l'admettre : « Il y avait beaucoup d'appréhension parce que je n'ai pas fait une super semaine. J'avais peur d'avoir mal, peur de décevoir surtout. Alors j'ai abordé ce 200m dos comme une finale. » Yohann Ndoye-Brouard (21 ans) n'est pas un spécialiste du petit bain, les virages, les coulées sont autant de relatives faiblesses. Mais le gaillard s'est dépouillé pour remporter sa série, en signant en 1'50''71 le 3e chrono de ce mardi matin et, au passage, améliorer largement son record personnel qui était de 1'51''76 avant son arrivée à Abu Dhabi. lire aussi Calendrier/Résultats des Mondiaux « J'ai vu que j'étais devant, ça m'a donné la rage. Sur le dernier 50m, j'ai un peu mal mais je sens que je suis devant, je ne m'économise pas mais je ne m'arrache pas non plus comme si j'avais été au coude à coude avec les gars. En revanche, je ne sais pas si j'ai de la marge. Peut-être ? J'aimerais bien. Je ne sais pas si je suis capable de tenir deux 200m dos dans la journée, mais je vais tout donner en finale. » Une première finale mondiale pour Antoine Herlem
Yohann Ndoye-Brouard y retrouvera Antoine Herlem, versé dans la même série que lui. « J'avais hâte de nager et j'entre dans la compétition de la meilleure des manières, souffle-t-il. Je signe ma première finale mondiale. C'est super. » À 22 ans, l'étudiant à l'Institut national des sciences appliquées de Toulouse n'a pas pris la vague de son compère mais termine à la 2e place sa série, avec le 6e chrono des engagés et une nouvelle référence personnelle (1'51''93 contre 1'52''85). « Je fais ma course vraiment tout seul. Peu importe qu'il y ait Yohann ou Murphy (l'Américain, champion olympique de la spécialité en 2016) à côté. Comparé aux Euros (en petit bassin à Kazan, le mois dernier, où il avait fini 8e), j'ai abordé ce 200m dos en faisant plus de coulées et parties non nagées. Ça a été plus dur sur les jambes, je me reposais dans la nage. Alors qu'en bassin de 50m, c'est le contraire, je m'économise dans la coulée et j'envoie tout dans la nage, c'est une autre douleur. » Deux relais en finale Ces deux-là rejoignent donc Damien Joly, qui disputera la finale du 1500m cet après-midi, au dernier jour des Mondiaux en petit bassin, ainsi que Maxime Grousset, en lice pour une médaille sur le 100m. Et si l'aventure s'est arrêtée en série du 200m brasse pour la toute jeune Justine Delmas (16 ans, 19e temps en 2'25''06), il y aura encore deux relais français en finale : le 4x100m 4 nages hommes, qualifié avec le 6e chrono (3'27''52), et le 4x50m femmes composé de Marie Wattel, Charlotte Bonnet, Analia Pigrée et Béryl Gastaldello. « On a un peu de marge sur les passages de chacune », note Charlotte Bonnet. « Ce matin, il n'y avait pas de pression. Il fallait qu'on passe, évidemment, ne pas être disqualifiées, ajoute Béryl Gastaldello. En France, on est connu pour sortir des courses à des moments importants. Y'a moyen qu'on fasse quelque chose de bien. » Alors que Marie Wattel avance un Top 5, Bonnet tempère un peu : « Il ne faut pas se fixer trop haut parce qu'il y a de bonnes équipes, mais se dire que, ligne extérieure, on ne sera pas dans le jus des autres au milieu, et pas forcément dans leurs vagues. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles