Natation : les nageurs français brillent sous les spots de l'ISL et les records tombent

Jérôme Val
·1 min de lecture

Souriante, Béryl Gastaldello a de quoi l’être quand on la retrouve dans son hôtel, sur l’île Marguerite de Budapest, où elle est confinée depuis plus d’un mois. Mardi 10 novembre, elle a fait tomber coup sur coup deux records de France de natation dans le bassin de la Duna Arena : celui du 100 mètres (en 51"16) et du 100 mètres 4 nages (en 57"43). C'est la troisième meilleure performance mondiale de l’histoire. "On partait tous dans l’inconnu, raconte la Marseillaise de 25 ans qui vit aux Etats-Unis. Mais je me suis mise dans les meilleures conditions pour réussir."

Depuis un mois, les fans de natation du monde entier ont les yeux rivés sur Budapest (Hongrie), qui accueille la deuxième saison de la Ligue internationale de natation (ISL). Ce circuit privé réunit les meilleurs nageurs du monde et c'est la seule compétition de natation maintenue depuis le début de l’épidémie de coronavirus. Et dans ce format inédit, les Français se démarquent.

Un format "bien plus excitant"

L’ISL se dispute par équipes, et Béryl Gastaldello nage pour l’équipe de Los Angeles (LA Current). Depuis le confinement, elle s’est entourée d’une équipe étoffée : un entraîneur pour la natation, un autre pour la musculation, un préparateur mental et une personne lui apprend (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi