Natation - WTF - Katie Ledecky suit des cours sur les virus

L'Equipe.fr
L’Equipe

En plus d'un entraînement quotidien dans une piscine près de son domicile à Stanford, la nageuse américaine Katie Ledecky a révélé au New York Times qu'elle s'était ré-inscrite à l'université, où elle suit notamment un cours sur les maladies infectieuses, dont le Covid-19. Privée de compétition depuis un mois et un meeting à Des Moines, la nageuse américaine Katie Ledecky a confié dimanche au New York Times qu'elle avait profité de cette pause pour se ré-inscrire à l'université de Stanford et choisir un cours en ligne sur les maladies infectieuses. « C'est un cours qui traite des facteurs sociaux et environnementaux derrière le développement de ces maladies. On étudie le SRAS, le MERS et le VIH mais aussi le coronavirus », a expliqué la quintuple championne olympique, qui prépare un diplôme en psychologie. Confinée dans son appartement à Stanford, l'Américaine peut malgré tout s'entraîner dans un bassin à proximité. L'Usada lance des contrôles antidopage en visioconférence pour quinze athlètes dont Lyles et Ledecky « Je nage dans la piscine d'un jardin à cinq minutes de chez moi en voiture, et c'est généralement le seul moment où je sors de la maison. Je suis heureuse de pouvoir faire mon travail d'aérobie comme ça et de ne pas avoir à pratiquer de la course ou du vélo », a déclaré la nageuse de 23 ans. Ledecky avait bien démarré sa préparation pour les Jeux Olympiques de Tokyo en signant son meilleur temps sur 1 500 m (15'29''51) depuis son record du monde de mai 2018 (15'20''48) avant que la pandémie de coronavirus n'interrompe sa saison. La quintuple championne olympique s'interroge désormais sur les conséquences du virus sur la reprise de l'entraînement. « Est-ce que les équipes devront limiter le nombre de nageurs dans les lignes d'eau ? Peut-être que des groupes ne pourront nager qu'une fois par jour au lieu de deux », a confié Ledecky.  La nageuse américaine espérait réaliser un quadruplé olympique à Tokyo avec les titres du 200 m, du 400 m, du 800 m et du 1 500 m nage libre. Un exploit qu'elle a déjà réalisé aux Mondiaux 2015.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi