Nathalie Péchalat : "Je ne peux pas tout changer en trois mois"

Apolline Merle
·1 min de lecture

"Ce combat est pour moi prioritaire. Je ne le mène pas pour faire plaisir. C'est une conviction profonde." Ces quelques mots donnent le ton. Nathalie Péchalat a mis son combat contre les violences sexuelles au coeur de son quotidien au sein de sa présidence de la Fédération française des sports de glace (FFSG). Après quelques mois à la tête de la fédé, l'ancienne patineuse a accordé une interview à nos confrères du Parisien ce mercredi, où elle dresse un bilan des premières mesures concrètes mises en place. Parmi elles, elle cite la nomination d'une référente "intégrité", la réactivation de la commission de discipline, la création d'outils de communication pour les clubs ainsi que la création des codes de bonne conduite. Un comité d'éthique est aussi sur le point de voir le jour.

Aucune sanction à l'encontre de Gilles Beyer

Dans cet entretien, Nathalie Péchalat revient aussi sur une commission de discipline qui s'est réunie pour statuer sur certains cas, comme celui de l'ancien entraîneur Gilles Beyer, accusé de viols. Mais aucune sanction n'a été prise à l'encontre ce dernier. "Je me suis rendue compte que tous nos règlements étaient obsolètes depuis 2017, la fédération n'était plus alignée sur le Code du sport. Sans compter...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi