Le National et la D1 féminine pourraient ne pas reprendre

RMC Sport

Dans sa décision du 16 avril dernier, Noel Le Graët avait demandé que le National ne soit pas concerné par l'arrêt du championnat en raison de la présence de cinq clubs professionnels et de cette troisième place du classement qui permet de jouer un barrage contre le 18e de Ligue 2. Si la L2 devait reprendre, il devait en être de même pour le National car le troisième, en l'occurrence Boulogne au classement actuel, ne pouvait pas attendre que l'étage au-dessus reprenne et surtout termine pour jouer le barrage alors que le National serait arrêté! Sauf que ce championnat bâtard, pour reprendre une expression de Jean-Claude Scouarec, le boss du club dunkerquois, n'est pas certain de pouvoir reprendre et la réflexion existe au plus haut niveau de la FFF. Car la majeure partie des clubs qui composent l'équivalent du troisième niveau du football français ne sont pas certains de pouvoir faire respecter le projet de protocole médical qu'ils ont reçu en ce début de semaine par manque de moyen pour le financer et par manque d’infrastructures pour les entraînements afin de faire respecter ne serait-ce que le minimum: la distanciation sociale!

Au Puy, le centre d’entraînement a été réquisitionné pour le Covid-19. Ce protocole médical d’une vingtaine de pages est à quelques détails près le même que celui des clubs de Ligue 1 et de Ligue 2. En National, les clubs au statut amateur (13 sur 18) n’ont pas de médecin salarié. A Pau, par exemple,...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi