NBA: Max Lefèvre, le Français qui murmure à l'oreille des coachs américains

Il est un peu plus de 21h en France, et donc un peu moins de 15h à Oklahoma City, en plein cœur des Etats-Unis. A l’autre bout du fil, Max finit de décortiquer depuis sa chambre d’hôtel les systèmes du Thunder de Chris Paul, Steven Adams et Dennis Schröder. Le match du jour approche, la tension monte, forcément, mais le coordinateur vidéo des Minnesota Timberwolves, également en charge du développement individuel des joueurs, s’accorde une pause pour raconter son parcours et son quotidien.

Il parle de "shootaround", enchaîne les acronymes en tout genre, et prononce le mot "basket" avec le même accent ricain que George Eddy. Pourtant, Max s’appelle Maxime Lefèvre, il a grandi du côté de Longwy, en Meurthe-et-Moselle, et demeure bel et bien français. Ce qui fait toute sa spécificité. Alors que la colonie de joueurs tricolores en NBA n’a cessé de se développer depuis la fin des années 90 et Tariq Abdul-Wahad, alors que Tony Parker, Boris Diaw, Rudy Gobert et les autres ont chauffé durant des saisons, et chauffent toujours, les parquets du plus prestigieux des championnats, Max Lefèvre est un pionnier dans le milieu très fermé du coaching à l’américaine, avec Bateko Francisco, qui a rejoint le staff du Utah Jazz en août 2018.

A trente-deux ans, Max a intégré l’équipe technique de Ryan Saunders, l’entraîneur en chef des Wolves, actuels onzièmes de la conférence Ouest. Entré en NBA sur la pointe des pieds, le Lorrain compte...

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi