« On ne va pas faire la fine bouche », estime Luka Karabatic après la victoire de Paris face à Porto

Luka Karabatic (à droite) et Henrik Toft Hansen ont dû batailler en défense face au Porto d'Ignacio Plaza Jimenez (au centre). (B. Paquot/L'Équipe)

Luka Karabatic et ses coéquipiers du PSG ont peiné à venir à bout de Porto (victoire 32-30) ce jeudi, mais les Parisiens ont empoché une cinquième victoire en six rencontres en Ligue des champions.

Luka Karabatic, pivot et capitaine de Paris, après la victoire (32-30) face à Porto en Ligue des champions : « C'était un match un peu particulier, où on a bataillé pendant 60 minutes face à une équipe qui n'avait rien à perdre. Ils ont eu pas mal de réussite, en première mi-temps notamment, et nous on était bien en place mais il nous manquait le dernier petit truc... Le score ne reflète pas forcément la physionomie du match, on aurait pu avoir quelques buts d'avance, mais on ne va pas faire la fine bouche, c'est bien d'avoir gagné. »

À propos de la série de matches à domicile en novembre : « Ça fait du bien de pouvoir être un peu chez nous. Le mois de novembre est toujours très compliqué et périlleux, il y a de la fatigue, des blessures, il faut traverser ça de la meilleure des manières. »


lire aussi

Le classement du groupe du PSG

Andreas Palicka, gardien de Paris (4 arrêts) : « On a joué contre un adversaire vraiment fort, ç'a été difficile pendant 40 minutes pour nous. Pour moi c'était dur, ils ont marqué des buts différents, avec différentes stratégies, distances, et ont proposé une bonne défense. Mais on a deux gardiens, c'est important ! (Jannick Green a arrêté 7 tirs, dont un pénalty, en deuxième mi-temps) »

Elohim Prandi, arrière gauche de Paris (11 buts) : « C'est important d'assurer à domicile. Porto est dangereux. Avec un arrière gauche et un pivot blessés, il ne faut pas se reposer sur ses lauriers. On a eu beaucoup d'échecs sur ce match, on a perdu des ballons, on n'a pas été aussi forts qu'on aurait dû l'être. On doit jouer chaque match de la même façon, il n'y a pas de petite ou grosse équipe. Personnellement, je me fixe un minimum de cinq buts par match dans le jeu. À partir du moment où on met cinq buts, c'est un bon ratio en tant qu'arrière. »

Magnus Andersson, entraîneur de Porto : « Paris mérite de gagner, mais je suis fier de mon équipe. On a une saison difficile, mes joueurs se sont bien battus, dans un bon état d'esprit, mais on a parfois fait trop d'erreurs. On va ramener des choses positives. »


lire aussi

Toute l'actualité du handball