Neuville s'impose devant Tänak en Grèce, triplé Hyundai et 4e place pour Loubet

Neuville s'impose devant Tänak en Grèce, triplé Hyundai et 4e place pour Loubet

En l'absence d'une consigne d'équipe lui demandant de céder la place, Thierry Neuville s'est logiquement imposé au rallye de l'Acropole devant les deux autres Hyundai. Ott Tänak, deuxième, se rapproche de Rovanperä au Championnat alors que Loubet, quatrième, a égalé sa meilleure performance mondiale.

Thierry Neuville a remporté ce dimanche le rallye de l'Acropole 2022 devant ses coéquipiers Ott Tänak et Dani Sordo, offrant à Hyundai le premier triplé de l'histoire du constructeur en WRC, où il avait débarqué en 2014. C'est le deuxième podium cette saison composé à 100 % du même constructeur après le Kenya où Toyota avait même signé un quadruplé.

lire aussi

Classement du Rallye de l'Acropole

Les positions gelées au grand dam de Tänak

Mais ce triomphe sur la terre des Dieux a un arrière-goût amer pour une partie du clan Hyundai puisque Tänak aurait bien aimé que des ordres d'équipe lui permettent de prendre le maximum de points dans la perspective du Championnat, où il reste le seul pilote à pouvoir vraiment inquiéter Kalle Rovanperä (même si Neuville n'est pas mathématiquement hors course). Après la première spéciale de dimanche, une seule consigne est venue, celle de geler les positions en l'état, ce qui offre au Belge sa première victoire depuis un an (Ypres 2021) et à Sordo un troisième podium en trois rallyes disputés cette saison.

Avec sa victoire dans la Power Stage, Tänak est désormais revenu à 53 unités de Rovanperä au Championnat avec trois rallyes à disputer. Le Finlandais a connu sa deuxième course consécutive hors du top 10 (après un contact avec un arbre samedi) et repart de Grèce avec seulement les quatre points de la deuxième place dans la Power Stage. S'il lui reste de la marge, la pression se fait un peu plus forte sur ses épaules mais elle aurait été encore plus intense avec une victoire de Tänak.

lire aussi

Le classement général du Championnat

Dans ce rallye, tout s'est joué ou presque lors d'une folle journée de samedi. Elle a commencé par les malheurs de deux pilotes M-Sport Ford avec l'abandon de Sébastien Loeb, alors leader, puis la crevaison de Pierre-Louis Loubet, qui était deuxième. Esapekka Lappi (Toyota) a été la victime de l'après-midi (mécanique) permettant aux Hyundai de prendre les commandes de l'épreuve. Dimanche matin, seul Elfyn Evans pouvait menacer leur podium complet. Mais le Gallois a vu sa Yaris Rally1 perdre de sa puissance avant même d'arriver au départ de la première spéciale du jour. Il a été obligé d'abandonner.

Loubet récompensé

Du coup, Loubet égale la meilleure performance de sa carrière en WRC avec sa quatrième place (comme en Sardaigne). La récompense d'un rallye réussi avec une superbe pointe de vitesse vendredi (deux scratches et la tête du rallye pendant un temps) puis de la maîtrise lorsque les choses se sont compliquées avec sa crevaison puis diverses inquiétudes mécaniques. Dimanche, il s'est contenté de terminer sans prendre le moindre risque. Il lui reste désormais une épreuve mondiale à disputer cette année, en Espagne.

Entretemps, le WRC fera un « crochet » à l'autre bout du monde avec le retour du Rallye de Nouvelle-Zélande au calendrier pour la première fois depuis 2012. Et celui de Sébastien Ogier pour Toyota du côté des pilotes.

lire aussi

Calendrier/résultats

lire aussi

Classement général du Championnat constructeurs