Newcastle, un retour et après ?

SO FOOT

Vingt-quatre piges qu'il entend le même refrain. Rafael Benítez ne serait qu'un homme froid, sans la moindre fibre humaine et n'aurait aucun talent politique. S'il a échoué un jour à Madrid, c'est avant tout pour ça. Arrigo Sacchi avait pourtant prévenu l'ancien libéro qu'il lui faudrait être "un caméléon" dans un club où "tu disposes de joueurs qui ne sont pas toujours complémentaires entre eux. (...) Trouver l'osmose entre les joueurs de ce club est très compliqué, car tu dois prendre en compte le caractère de chaque joueur et trouver la solution dans ta disposition tactique." Carlo Ancelotti, son prédécesseur au Real, où Benítez ne restera finalement que le temps de vingt-cinq matchs entre juin 2015 et janvier 2016, renchérira ainsi : "Il avait plus d'expérience et plus de connaissances sur le jeu, mais il n'était pas capable, du moins à court terme, de construire une relation forte avec les…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages