Neymar : une blessure en question

David AielloJournaliste Yahoo Sport

Blessé sérieusement pour la 5ème fois en l’espace de 20 mois, Neymar ne devrait pas rejouer avec le PSG avant “4 semaines” selon le club parisien. Une énième blessure qui interpelle.

TOPSHOT - Brazil's forward Neymar (C) leaves the field during an international friendly football match between Brazil and Nigeria at the National Stadium in Singapore on October 13, 2019. (Photo by Roslan RAHMAN / AFP) /
TOPSHOT - Brazil's forward Neymar (C) leaves the field during an international friendly football match between Brazil and Nigeria at the National Stadium in Singapore on October 13, 2019. (Photo by Roslan RAHMAN / AFP) /
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Ce n’est pas (encore ?) la blessure de trop mais c’est une blessure qui interpelle. Forcément. Pour la 5ème fois depuis février 2018, Neymar Jr se retrouve à l’infirmerie pour une durée supérieure à 2 semaines. Cela fait beaucoup et l’on ne parle même pas ici de ses absences pour d’autres raisons (suspensions, transfert imminent, départ pour la Copa America, etc).

Partant du principe que “Le hasard n'existe pas, tout a une cause et une raison” comme le disait le penseur iranien, Ostad Elahi, nous avons listé trois éléments qui ont pu fragiliser le corps du Brésilien ces derniers temps, au point de le voir s’absenter deux fois plus sous les couleurs parisiennes que sous les couleurs du FC Barcelone : 58 matches manqués en l’espace de 2 ans au PSG (y compris son absence à venir jusqu’à la mi-novembre) contre 29 matches manqués en 4 ans au Barça.

  • Des retours post-blessures précipités et mal gérés : Que ce soit après sa fracture du métatarse en vue de disputer la Coupe du monde 2018, son retour à la compétition juste avant la Copa America 2019 ou plus récemment, son programme ultra-chargé pour son retour en Ligue 1 (5 matches disputés en intégralité après 3 mois sans jouer), l’ancien Barcelonais n’a jamais pris le temps de se soigner correctement ou d’effectuer un retour à la compétition progressif. Conséquences possibles : un corps globalement fragilisé et des muscles contraints de compenser jusqu’à la rupture.


  • Une hygiène de vie plus forcément irréprochable : Si Yahoo Sport décrivait en juin dernier un Neymar “qui n’hésite pas à profiter des soirées de la capitale sans être un fêtard invétéré”, la tendance s’est, semble-t-il, accentuée depuis son retour en France cet été. L’ex-Barcelonais a été aperçu plus régulièrement dans les lieux branchés de la capitale avec un horaire de départ qui frisait souvent avec la fermeture des lieux. Certes, le n°10 parisien n’a renoué avec les pelouses qu’en septembre mais il n’empêche, son horloge biologique ne semble guère pouvoir compter sur un rythme de sommeil régulier. Si l’on ajoute à cela, les fréquents changements de fuseaux horaires pour disputer les matches de la Seleção, le tableau d’un corps en manque de fraîcheur et de stabilité paraît assez probant.


  • Un mal-être qui s’éternise : Neymar lui-même l’a, enfin, reconnu à l’issue de PSG - Strasbourg : il a souhaité quitter Paris cet été et a même tout fait pour que son souhait se réalise. Mais pour l’une des toutes premières fois de sa carrière de footballeur, le Brésilien s’est heurté au principe de réalité et a dû accepter l’idée de séjourner une saison de plus dans le club et la ville synonymes de tant d’échecs, scandales et frustrations pour lui. Alors évidemment et comme Thomas Tuchel l’a rappelé : “il y a pire que de jouer au football à Paris” mais il n’empêche. Le cœur a ses raisons que la raison ignore et les proches de Neymar décrivent encore régulièrement un jeune homme nostalgique et parfois amer. Pas de quoi se claquer les ischios bien sûr mais un ingrédient de plus dans un cocktail déjà nocif, il n’est sûrement pas idiot de le penser.


À lire aussi