Nice - Ligue 1, Dante : "On serait passés pour des guignols"

Goal.com

La Ligue 1 ne reprendra pas cette saison. La LFP prévoyait pourtant un plan de reprise pour la mi-juin, mais le gourvernement en a décidé autrement en excluant cette possibilité ce mardi par la voix de son premier ministre, Edouard Philippe. Dans une interview accordée à L'Equipe, Dante a soutenu la décision du premier ministre d'arrêter le championnat et d'empêcher les joueurs de reprendre l'entraînement et la compétition dans les prochaines semaines. Une décision qu'il partage à 100%.

OFFICIEL - Ligue 1 / Ligue 2 : les saisons sont terminées !

"C'est très raisonnable, on l'attendait. En tant que footballeurs, on est des privilégiés mais ce qu'on vit est une crise mondiale et on est tous pareils. C'est un soulagement car les moments de doute sont finis. On se posait des questions sur l'entraînement après le 11 mai, comment on allait rester à quatre mètres de distance pour respecter les consignes médicales, comment on allait jouer ou pas... Là, tout est clair, on peut rester confinés et préparer la reprise proprement", a expliqué le capitaine des Aiglons.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Beaucoup de gens sont morts ou endeuillés, on ne sait pas régler un gros problème mondial mais on voulait trouver la solution pour jouer au foot... Au lieu de se concentrer sur ce qui allait améliorer la situation du peuple, on réfléchissait au jeu. C'est notre travail mais ce n'est pas une priorité : des gens vont à l'hôpital, d'autres dépendent de petits boulots qu'ils perdent mais les footballeurs auraient joué ? Alors que ceux qui ont vraiment besoin de travailler ne peuvent pas ? C'était indécent. On serait passés pour des guignols. Ce n'était pas une démarche logique, car le foot ne va rien améliorer. Il y a aussi des métiers qui dépendent du foot, mais ce n'est pas le bon moment pour prendre autant de risques. En plus à huis clos, alors que le foot est là pour lier les gens. Le cas du petit de Montpellier (Junior Sambia) m'a énormément touché", a ajouté le défenseur de Nice.

"Les intérêts du clubs deviennent petits par rapport à la situation"

Edinson Cavani Dante PSG Nice Ligue 1 04052019
Edinson Cavani Dante PSG Nice Ligue 1 04052019

Dante a expliqué pourquoi les joueurs n'ont pas pris position concernant la reprise : "Beaucoup étaient choqués, certains ne voulaient pas s'avancer sur un sujet qu'on connaît mal, et d'autres ont pensé aux intérêts des clubs. Mais j'avais le même discours avant celui du Premier ministre, et j'aurais dit la même chose s'il avait annoncé qu'on reprenait le 11 mai. On peut être européens (Nice était sixième de L1 après 28 matches), mais je n'échangerais jamais la santé des gens contre une qualification européenne. Les intérêts des clubs deviennent tellement petits par rapport à ce qu'il se passe. (...) On allait augmenter le danger pour rien. Après, il va falloir apprendre à vivre avec ce virus, c'est sûr, mais quand on en saura davantage".

Ligue 1 : Quel classement après l'arrêt de la saison ?

"Ce n'est pas une question d'envie. J'ai toujours envie de jouer au foot, ça me manque de ne pas sentir l'odeur de la pelouse, ça me perturbe. Des joueurs font des petites dépressions, mais est-ce que tu veux vraiment passer devant certaines choses plus importantes ? Est-ce que tu dois avoir des masques et des tests plus qu'un livreur ou un médecin dont la société a vraiment besoin ? Non. « Peut-être que des choses vont revenir dans l'ordre, que c'est la fin des sommes exorbitantes", a ajouté le Brésilien.

Dante a indiqué que le confinement n'était pas simple à vivre, même s'il est au Brésil : "Il ne faut pas penser que je suis au carnaval, au bord de la piscine, et que je reçois du monde à la maison. Je suis aussi très confiné. Je suis resté à l'heure française car mes enfants ont l'école en visioconférence, ils se réveillent à 3 heures du matin pour suivre les cours à 8 heures en France. Il fait encore nuit, c'est bizarre. Je les aide pour les cours, les devoirs, j'enchaîne avec mes entraînements, on regarde un film et on va dormir. Mon retour en France ? C'est encore flou, je suis à la disposition du club mais le plus important est de se consacrer à la santé de nos proches".

À lire aussi