Nick Kyrgios après sa défaite en finale à Wimbledon : « Je me suis senti à ma place »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Forcément déçu par sa défaite en finale de Wimbledon face à Novak Djokovic, Nick Kyrgios estimait qu'il s'était senti capable de jouer le titre. L'expérience du Serbe à ce niveau l'a impressionné.

« Quel est votre sentiment après ce match ?
Évidemment très déçu. J'ai senti que le titre était vraiment à ma portée. J'ai joué un sacré bon premier set et j'étais en bonne position. Il est vraiment calme. C'est bizarre, j'ai l'impression qu'il n'a rien fait d'extraordinaire aujourd'hui. Il a bien sûr retourné à sa manière, c'est un excellent relanceur. Mais il était tellement calme. Je pense que c'est sa plus grande force, il n'a jamais l'air déstabilisé. Chapeau bas à lui. C'était un match d'enfer. Je pense avoir bien servi. Mais je n'ai pas du tout été capable de jouer ces points décisifs aujourd'hui.

lire aussi

Djokovic dompte Kyrgios en finale de Wimbledon

À quel point votre motivation va-t-elle changer après cette quinzaine ?
Si j'avais gagné aujourd'hui, j'aurais eu du mal à être motivé. Toute ma vie, on m'a dit que gagner Wimbledon était l'accomplissement ultime. Je ne suis pas un jeune gars comme Sinner ou Alcaraz, qui sont arrivés sur le circuit récemment et sont déjà allés loin en Grand Chelem. Il m'a fallu 10 ans, presque 10 ans de carrière, pour arriver à disputer une finale et échouer. J'ai l'impression que si j'avais gagné, j'aurais manqué un peu de motivation, pour être honnête. Mais mon niveau est là. Je ne suis pas du tout en retard. J'ai joué une finale de Chelem contre l'un des plus grands de tous les temps, et j'étais là, j'avais l'air d'en avoir joué d'autres. Je pense que j'ai bien géré la pression.

Est-ce que c'est l'adversaire le plus difficile que vous n'ayez jamais rencontré ?
Je ne dirais pas cela. Comme je l'ai dit, je pense m'être mis en position de gagner aujourd'hui. Mais il ne vous fait pas sentir aussi mal que Federer parfois. Federer vous donne envie de quitter le court. Il rend les choses vraiment très rapides. Le court devient vraiment petit, là où Nadal et Djokovic vous permettent de jouer un peu au fond du court. Si vous ne jouez pas bien, vous avez du mal. Mais Federer peut vraiment vous emporter et vous faire quitter le court très rapidement. Le plus difficile aujourd'hui c'était tout ce qui précédait la finale, j'ai encore terriblement mal dormi la nuit dernière. En fait, je pense que le fait de ne pas avoir joué la demi-finale ne m'a pas rendu service parce que j'y pensais tout le temps.

Nick Kyrgios sur Novak Djokovic

« J'ai senti qu'il avait tellement d'expérience qu'il pouvait en tirer parti »

À propos du sang-froid de Djokovic, est-ce que c'est quelque chose que vous, vous devez améliorer ?
Je pense que les 126 autres joueurs du tableau pourraient améliorer ça. Mais à certains moments, je me suis mis en colère parce que je me suis dit que si je gagnais ce tournoi, je deviendrais un immortel du tennis. C'était juste une opportunité pour moi, une de celles pour laquelle les gens travaillent toute leur vie. J'ai gagné le premier set. Les choses ont commencé à se gâter un peu. Il était juste solide. Et si j'avais gagné le quatrième, qui sait ? Je peux évidemment améliorer beaucoup de choses dans mon jeu et pas seulement mon calme. Mon retour de coup droit doit être amélioré. J'ai beaucoup travaillé là-dessus. Je peux toujours devenir plus fort. Je peux toujours être plus en forme.

lire aussi

L'Australien Nick Kyrgios, finaliste de Wimbledon, décortiqué de la tête aux pieds

C'était votre première finale en Grand Chelem, comment l'avez-vous vécue ?
Pour être honnête, je me suis senti à ma place. Je pense que d'avoir un face-à-face avec lui de 2-0 en ma faveur m'a un peu aidé. J'avais déjà battu ce joueur auparavant. J'avais déjà joué de grandes finales. Je sens que mon jeu... Mon niveau a toujours été là. J'ai l'impression que je l'ai un peu mis en place ces deux semaines. Après, j'ai senti qu'il avait tellement d'expérience qu'il pouvait en tirer parti. Quand vous gagnez autant un événement, quand vous avez été dans ces situations, c'est incroyable. Vous pouvez vous dire que vous êtes déjà passé par là. La confiance et la foi en soi, ça ne vient qu'avec la réussite Je ne peux qu'imaginer la confiance qu'il ressent chaque jour, surtout à Wimbledon. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles