Nico Hülkenberg a inspiré les évolutions de Racing Point

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

, souffrant, au Nürburgring. S'il a dû faire l'impasse sur un certain temps de piste – il n'a pu prendre le départ de la première épreuve en Angleterre et n'a pas participé aux essais libres en outre-Rhin – Hülkenberg a néanmoins pu faire profiter l'écurie de ses compétences techniques.

Lire aussi :

Hülkenberg et Pérez sont des options crédibles pour Red Bull

En effet, la Racing Point RP20 a grandement évolué grâce au feedback de l'Allemand entre sa première apparition au volant début août et la seconde au Grand Prix de l'Eifel, notamment au niveau des suspensions avant et arrière. Il a ainsi pu donner son avis sur les développements qu'il a lui-même initiés.

"Certaines évolutions que nous avons mises sur la voiture étaient la conséquence directe de son feedback de Silverstone", explique Andrew Green, directeur technique Racing Point. "C'était vraiment intéressant."

"Son feedback après la course [du Nürburgring] était très intrigant. Il avait mentionné des choses [à Silverstone] qu'il aimerait voir changées sur la voiture, ainsi que notre manière de la régler et la sensation qu'il a dans la voiture. Nous avons effectué ces modifications après Silverstone, ne nous attendant pas à ce qu'il pilote cette voiture à nouveau. Voilà que c'est le cas, et nous avons le feedback sur les développements menés sur la voiture. C'était donc vraiment intéressant, et vraiment important."

Forcément, ces évolutions ont néanmoins compliqué la vie de Hülkenberg. Ce dernier, n'ayant pu faire les essais libres au Nürburgring, n'a eu que quelques tours pour redécouvrir sa monture en qualifications. "Les modifications dont nous parlons, on ne peut pas s'y adapter en quatre tours", confirme Green. "Or, en somme, c'est ce qu'il a dû faire le samedi après-midi. Il a eu quatre tours lancés, et s'adapter aux changements que nous avions faits depuis Silverstone allait être proche de l'impossible. Il avait besoin de temps dans la voiture, c'est ce qu'il n'a pas eu, mais lors de la course, il a passé plein de temps dans la voiture, et son feedback est inestimable. C'est très bien."

Hülkenberg a-t-il ainsi pu confirmer que Racing Point était sur la bonne voie ? "Effectivement", répond Green. "Il reste du travail à faire. Mais je pense que nous avons fait un bon pas dans la bonne direction." Racing Point vient en tout cas de récupérer la troisième place du championnat des constructeurs en marquant 54 points sur les quatre derniers Grands Prix en date – plus que Red Bull (53) mais moins que Renault (55). Hülkenberg y a contribué avec les quatre unités récoltées avec brio au Nürburgring.

Propos recueillis par Adam Cooper