Nico Hülkenberg : "La Q3 n'était pas si loin"

Basile Davoine
motorsport.com

Remplaçant au pied levé de a échoué en Q2 lors des qualifications du Grand Prix de Grande-Bretagne. Plutôt en forme lors des essais libres, l'Allemand a logiquement eu du mal à tirer le meilleur de la Racing Point RP20, une voiture qu'il ne fait que découvrir, tandis qu'il n'a pas eu la préparation adéquate. 

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Qualifs - Hamilton terrasse Bottas sur la planète MercedesLa grille de départ du GP de Grande-Bretagne

Si la treizième place sur la grille de départ peut paraître décevante, elle nécessite d'être replacée dans le contexte. Elle est aussi finalement rassurante, puisque l'ex-pilote Renault n'a manqué le passage en Q3 que pour 65 millièmes de seconde. Dans de telles circonstances, où il souffre également physiquement de son impréparation sur un circuit aussi exigeant que Silverstone, le revenant du week-end se montre mitigé. 

"J'ai le sentiment qu'il y avait plus de potentiel et que je n'ai pas tout mis sur la table", regrette Hülkenberg au micro de Sky Sports. "Mais compte tenu des circonstances, c'était aussi très dur. Je ne sais pas si l'on peut s'attendre à tirer 100% de la voiture dans ces circonstances. Les écarts sont infimes, et la Q3 n'était pas si loin. Nous avons joué avec les différents types de gomme, c'était un peu compliqué aussi de trouver le rythme. C'est comme ça pour aujourd'hui."

Dans un environnement où il a été précipité en qualité de remplaçant, Hülkenberg s'apprête désormais à disputer son premier Grand Prix depuis neuf mois. Il s'agira d'un défi sur bien des points, mais pour lequel il dispose au moins du libre choix de pneus compte tenu de sa position de départ. 

"C'est toujours une bonne option", rappelle-t-il. "Certains des pilotes du top 10 seront aussi en pneus mediums. Ce sera intéressant à voir, il y a tellement de nouvelles choses, et tout ce que j'entreprends avec la voiture est nouveau. C'était ma première en qualifications, ma première avec peu d'essence, ma première avec le plein, donc je dois apprendre et m'imprégner de tout ça. Digérer tout ça rapidement n'a pas été simple. Mais j'ai aussi pris du plaisir."

"Laissez-moi vous dire que ces voitures sont des monstres", conclut-il sur le défi physique qui l'attend en course. "Il y a tellement d'appui aérodynamique, je n'avais jamais ressenti autant de vitesse dans les courbes, autant de g."

À lire aussi