Noël Le Graët : « Il faut que la sélectionneuse soit sécurisée jusqu'aux JO »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Noël Le Graët, président de la Fédération française de football, estime que l'objectif a été atteint par les Bleues à l'Euro, malgré la défaite face à l'Allemagne en demi-finales mercredi (1-2). Il est satisfait du travail de la Corinne Diacre et a la volonté de prolonger le contrat de la sélectionneuse.

« Qu'avez-vous pensé du match face à l'Allemagne ?
C'était un match difficile. En première période, on a été un peu débordé, avec une égalisation presque un peu heureuse en fin de mi-temps. L'équipe était techniquement mieux en deuxième et elle a eu deux occasions franches. Et les Allemandes n'en ont pas eu en dehors de leur but.

lire aussi

Huth, Popp, Geyoro, Diani... Les mouvements qui ont fait basculer Allemagne-France

Les Allemandes semblaient au-dessus...
En première période, oui. J'ai eu peur. Techniquement, physiquement, elles étaient supérieures. Mais on a bien résisté et en deuxième ; c'était mieux. Mais il n'y a pas de contestation de la victoire allemande.

« Au niveau du jeu, il n'y a pas photo avec 2019 »

Globalement, la performance de l'équipe de France durant cet Euro vous satisfait-elle ?
On est en gros progrès. L'objectif, c'est toujours le dernier carré, pour toutes les équipes nationales. On y est, on s'est bien comporté et on a fait des beaux matches. Il y a des jeunes qui se révèlent et beaucoup d'espoirs pour l'avenir.

Mais il manque encore quelque chose...
Absolument. On n'est pas très loin. Sur l'ensemble, l'objectif est atteint. J'aurais aimé qu'on aille en finale, évidemment. Au niveau du jeu, il n'y a pas photo avec 2019. Beaucoup de joueuses sont très complémentaires. On a été une des meilleures équipes sur le terrain, même si on a manqué un peu de puissance face aux Allemandes. On n'était pas encore au niveau pour bousculer l'Allemagne, même si cela a tenu à rien en deuxième période.

Êtes-vous satisfait du travail de Corinne Diacre ?
Oui. Elle a atteint l'objectif du dernier carré. Il y a encore des progrès à réaliser, mais elle a bâti un groupe qui devient de plus en plus solidaire. Elle a son groupe en main et l'estime de ses joueuses. De ce côté-là, c'était parfait.

« Je vois mal dire sans arrêt si tu réussis ça, tu continues »

Elle est en fin de contrat. Est-ce que vous allez la prolonger ?
C'est ma volonté. On n'en a pas encore discuté, mais je vais lui passer un coup de fil pour que l'on prenne un rendez-vous rapidement. J'aime bien Corinne, elle travaille bien. Je l'ai toujours soutenue. Et au niveau du jeu, notre équipe a souvent très bien joué.

lire aussi

Le coaching impuissant de Corinne Diacre

Que voulez-vous lui dire ?
Je vais écouter ses envies. Est-ce qu'elle-même a envie de continuer ? Il y a une Coupe du monde (du 20 juillet au 20 août 2023, en Australie et en Nouvelle-Zélande) et des JO (en 2024, en France) qui arrivent très vite...

Voulez-vous la prolonger jusqu'à la Coupe du monde ou englober les Jeux Olympiques dans deux ans ?
Pour moi, il faut aller jusqu'aux JO. C'est une discussion que je vais avoir. Mais je vois mal dire sans arrêt si tu réussis ça, tu continues. Les JO, c'est quelque chose d'important en France. Il faut que la sélectionneuse soit sécurisée jusque-là. On ne peut pas changer tout le temps. On est dans une période plutôt positive. On n'a pas gagné, mais on a atteint l'objectif et on n'était vraiment pas loin de l'Allemagne. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles