Noël Le Graët mis en retrait de la présidence de la FFF, Philippe Diallo assure l'intérim

Le comité exécutif a décidé que le président de la FFF, Noël Le Graët, devait être mis sous coupe. C'est son vice-président, Philippe Diallo, qui va assurer la transition.

Le comité exécutif extraordinaire de la Fédération française de football (FFF), réuni ce mercredi, a décidé la mise en retrait de Noël Le Graët, 81 ans, de ses fonctions de président de la 3F, comme l'annonçait L'Équipe, jusqu'à la publication des résultats de l'audit diligenté par le ministère des Sports. Philippe Diallo, vice-président de l'instance, va assurer l'intérim pendant une durée déterminée, comme le prévoient les statuts fédéraux.

lire aussi : Toutes les infos sur le comité exécutif extraordinaire

Cette décision doit permettre à la Fédération de retrouver un peu de sérénité et de stopper l'image désastreuse donnée depuis plusieurs semaines, nourrie récemment par les propos tenus Le Graët sur Zinédine Zidane et par le témoignage de Sonia Souid sur le comportement du patron de la FFF.

« Noël Le Graët, en accord avec le Comité exécutif de la FFF réuni ce jour à Paris, a choisi de se mettre en retrait de ses fonctions de président de la Fédération jusqu'à la communication définitive de l'audit diligenté par le ministère des Sports, et dans l'attente de son analyse par le Comex de la FFF », mentionne un communiqué de l'instance publié peu après 14 heures.

Il a par ailleurs été décidé la mise à pied à titre conservatoire de la directrice générale Florence Hardouin. Également à l'ordre du jour, le contrat de Didier Deschamps avec les Bleus, prolongé jusqu'en 2026, a lui été validé.

Le Graët est « très malheureux » a réagi à la sortie du siège de la FFF Jean-Michel Aulas, président de l'OL et membre du Comex. Sur l'antenne de BFM TV, Eric Borghini, lui aussi présent à la réunion, a confié que le dirigeant avait « compris que le statu quo était impossible ».

Les résultats de l'audit diligenté par le ministère des Sports sont attendus d'ici à fin janvier à la FFF (qui aura alors quinze jours pour se défendre par écrit). Des éléments ont d'ores et déjà fuité. France Inter a ainsi révélé que « plusieurs femmes » avaient « dénoncé [...] l'attitude de Noël Le Graët à leur égard », ce qui a été confirmé par une source proche du dossier à l'AFP.

Borghini : « Il fallait prendre une décision historique »