Notes TFC-OM : La colonne vertébrale marseillaise au rendez-vous

À 11 contre 10 pendant près de 50 minutes, les marseillais sont allés s’imposer à Toulouse (2-0) et conservent la seconde place de la Ligue 1. Mandanda à la parade, Kamara le roc, Rongier l’homme à tout faire, Payet le magicien et Benedetto le buteur : la colonne vertébrale de l’OM vous passe le bonjour.


Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Mandanda 7/10

7 cela peut paraitre beaucoup mais son arrêt assez époustouflant sur la tête de Sangaré à 0-0 vaut largement un but. D’ailleurs, quelques minutes après, ses coéquipiers venaient valider cet arrêt en inscrivant 2 buts.

Sakai 4/10

À droite ou à gauche rien n’y fait, il est de plus en plus dépassé notamment balle aux pieds où les pertes de balle se multiplient. Il arrive à sauver les apparences par des retours salvateurs mais la copie est trop faible, malheureusement l’OM ne peut pas s’en passer faute de mieux.

Perrin 6,5/10

Face à des attaquants athlétiques, il a montré de la solidité que ce soit au duel ou dans les airs. À la relance, il a aussi semblé plus à l’aise que lors des ses matchs précédents. Très encourageant.

Kamara 7/10

Replacé en défense centrale, il a joué le rôle de patron à seulement 20 ans. Jamais pris en défaut au duel, toujours à l’aise dans la relance, techniquement parfait, il marche actuellement sur l’eau et parvient à enchainer les grosses performances.

Sarr 5,5/10

En première période, son placement à gauche a surpris mais il s’en est plutôt bien sorti. En seconde, il a été mieux sur un côté qu’il connait mieux. Tout n’est pas parfait mais sa mission était de bloquer au mieux Gradel et il y est plutôt bien arrivé.

Strootman 3,5/10

L’OM n’a pas recruté le Strootman qui illuminé la Serie A mais son cousin qui ne met plus un pied devant l’autre. Sur chaque contre attaque, il apparait complètement perdu, à la perte du ballon il fait quasiment tout le temps les mauvais choix et parfois on a le sentiment qu’il ne maitrise pas ses jambes. Heureusement, il a mieux terminé le match.

Rongier 7,5/10

Il est encore tôt pour tirer des conclusions mais il se pourrait bien que Valentin Rongier soit l’une des meilleures recrues de ces dernières saisons. 95 minutes de pressing, des ballons récupérés à la pelle, des passes justes, de la disponibilité et une constance assez folle tout au long du match. La copie est quasi parfaite comme depuis plusieurs matchs.

Sanson 5,5/10

En début de match, sa projection a été très intéressante mais son problème c’est qu’une fois qu’il a la balle dans les pieds dans les 25 mètres adverses, il ne sait plus quoi en faire. Son pressing a été précieux tout comme son travail défensif.

Payet 7,5/10

Du déchet parce qu’il n’existe pratiquement aucun joueur “créateur” qui n’en a pas mais quel plaisir de le voir toucher le ballon de cette manière. Sa passe pour Benedetto résume parfaitement ce qu’est Payet, l’élément essentiel de l’OM qui n’est plus la même équipe lorsque le réunionnais n’est pas là.

Lopez 4,5/10

À l’aise sur un côté contre l’OL, il n’a pas réussi à trouver sa place face à Toulouse. Peu disponible alors que c’est sa force, il a aussi raté beaucoup de passes et a réalisé de très nombreux mauvais choix dans les 20 derniers mètres. Un match sans.

Benedetto 7,5/10

Chaque semaine je répète la même chose et ce soir ce sera pareil : ce joueur est une pépite pour un collectif, il est précieux dans le jeu en parvenant à bonifier chaque ballon. Quand il parvient à marquer, cela vient récompenser tous ses efforts et c’est extrêmement mérité.


Radonjic 6/10

6 parce qu’il a marqué mais si vous visionnez à nouveau son match, vous allez vous rendre compte qu’il a pratiquement tout raté à part son but. C’est toujours un poulet sans tête mais au moins cette fois il a assuré la victoire.

Germain 6,5/10

Son entrée a fait du bien et a apporté un peu plus de présence dans la surface où Benedetto se sentait un peu seul. Présent sur les 2 buts.

Villas-Boas 7/10

Son coaching a été bénéfique et a apporté la victoire à l’OM, il avait la pression parce qu’à 11 contre 10 il était impossible pour son équipe de ne pas gagner ce match.

À lire aussi