Le nouveau format de la Ligue des champions a de faux airs de Super Ligue

Alexander Ceferin, le président de l'UEFA. (A. Mounic/L'Équipe)

Pour faire monter les prix, l'UEFA a inventé un « tournoi d'ouverture » à la mi-août, et une programmation le jeudi au démarrage de la Ligue des champions.

L'UEFA ne s'en cache pas, elle en fait même son principal argument auprès des diffuseurs : la nouvelle version de la Ligue des champions, à partir de 2024, va prendre du poids. Avec parfois des allures de Super Ligue, le projet tant décrié par l'instance européenne... Dans la présentation faite aux chaînes françaises, les équipes de Team AG (qui commercialise l'épreuve pour l'UEFA) ont lourdement insisté : « plus d'équipes » (36 au lieu de 32), « plus de matches » (144 contre 96 en phase de groupes), « plus de certitudes » (8 matches garantis par club), « plus de qualité », « plus de mois » (il y aura des matches en janvier). Donc « plus d'argent » attendu par le vendeur...

lire aussi

Les droits TV de la Ligue des champions au coeur d'un nouveau match entre les diffuseurs français

Pour enfoncer le clou, l'UEFA a sorti de son chapeau, comme l'a révélé L'Équipe, un tournoi d'ouverture, chaque année, avant le démarrage de la Ligue des champions. Cette mini-compétition doit opposer « le vainqueur de la saison précédente et trois autres équipes très performantes », comme l'indique le document de l'appel d'offres. Sont prévus « quatre matches (deux demi-finales, un match pour la troisième place et une finale) ». Ce tournoi entre grands clubs devrait être disputé à la mi-août, très certainement aux États-Unis. Avec l'assurance d'encaisser de substantiels revenus.

De solides garanties financières exigées

L'UEFA a aussi décidé d'ajouter une programmation événementielle le jeudi (en plus du mardi et du mercredi) pour lancer la première semaine de chaque édition de cette nouvelle C1. Cette semaine-là, la Ligue Europa et la Ligue Europa Conférence (qui passeront elles aussi de 32 à 36 participants avec 17 % de matches en plus qu'actuellement) seront absentes.

Pour empocher la mise, les diffuseurs ont intérêt à avoir les reins solides. L'appel d'offres prévoit qu'ils devront en effet régler 20 % du montant de la première année de contrat dès sa signature, dans quelques semaines, soit deux ans avant le démarrage du prochain cycle. Ensuite, les paiements sont prévus deux fois par an, en février et en août. Ils devront aussi apporter des garanties bancaires qui seront passées au crible avant d'espérer être désignés vainqueurs.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles