Nouveau report du règlement 2021 : Abiteboul tacle Racing Point

Fabien Gaillard
motorsport.com

En avril, Otmar Szafnauer, le directeur de Racing Point, expliquait être en faveur d'un maintien de la réglementation actuelle, qui a été prolongée en raison de la crise mondiale, au-delà de 2021. "Nous pensions, lorsque nous avons pris la décision, que ce ne serait que pour un an, mais maintenant il semble que ça sera un an et demi", avait-il ainsi déclaré pour le site officiel de la F1. "J'espère que nous pourrons prolonger cette période encore plus longtemps. Le concept de la voiture [2021] visait principalement à resserrer la concurrence."

"Si nous montrons que nous avons de très bonnes courses avec les voitures que nous avons aujourd'hui, il serait prudent d'envisager soit de reporter [la nouvelle réglementation aéro] d'une année supplémentaire, soit de revoir tout le concept et de dire que ce que nous avons maintenant n'est pas si mal, qu'en fait c'est plutôt bon, et que si vous ne changez pas les règles, vous finissez par économiser de l'argent. Aujourd'hui, nous devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour essayer de dépenser moins."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

La F1 dévoile une énorme perte de revenus en 2020

Une vision des choses qui n'a pas été appuyée par Ross Brawn, le manager sportif de la Formule 1, qui a expliqué il y a quelques jours que la volonté de la discipline était justement d'éviter un autre retard dans l'introduction d'un package réglementaire qui a fait l'objet d'un long travail et qui vise à relancer l'intérêt des Grands Prix. Une position que partage Cyril Abiteboul, qui en profite pour accuser Racing Point d'avoir un objectif caché.

"J'imagine qu'Otmar dit cela car il sait qu'il a une voiture très compétitive actuellement et que s'il y a un changement réglementaire, il ne sera pas capable de retrouver ce qu'il a, c'est très clair. Prolonger ce cycle réglementaire, c'est leur tactique depuis le premier jour", a lâché le responsable de Renault pour le site officiel de la discipline.

"Je ne suis pas d'accord, [et] pas seulement parce que cela vient de ce qui est probablement notre adversaire le plus direct cette année. Je ne suis pas d'accord parce que la F1 doit être progressiste, et quand tout le monde sortira de cette crise, tant du point de vue de la santé que du point de vue économique, il y aura une forte concurrence entre les sports pour retrouver une dynamique, pour attirer les fans, pour inciter les gens à venir aux courses et à faire de la publicité."

"Nous ne devons jamais perdre de vue que nous devons offrir une discipline compétitive et une plateforme attrayante pour les supporters, les sponsors et les médias. Et c'est précisément autour de cet objectif que les nouvelles réglementations ont été développées. C'est la première fois que nous développons un ensemble réglementaire avec un objectif – d'habitude, c'est plutôt la conséquence de la réglementation – et je veux vraiment voir cela se produire."

À lire aussi