Ocon au courant du DAS de Mercedes ? "Je jure que non !"

Benjamin Vinel
motorsport.com

l'an dernier, avec un rôle crucial sur le simulateur ; jusqu'à présent, il n'avait pas répondu clairement aux nombreuses questions lui demandant s'il était informé du développement par l'écurie de ce dispositif permettant au pilote d'ajuster le pincement des roues avant en tirant ou en poussant le volant en ligne droite.

Lire aussi :

Comment Mercedes a intégré le DAS à la direction de sa W11Red Bull comptait porter réclamation contre le DAS de Mercedes

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Cependant, dans un entretien mené à distance par Canal+ en cette période de confinement pour cause de coronavirus, Julien Fébreau a conclu l'interview par cette question qui est sur toutes les lèvres, et la réponse du nouveau pilote Renault est claire : "Figure-toi que non ! Je jure que non !"

"Soit ils ont été très, très malins et ils ne m'ont pas dévoilé l'effet de ce système, soit ils sont arrivés très tard avec le système et ils l'ont inventé une fois que j’étais parti, une fois que j'étais les fesses entre deux chaises entre Renault et Mercedes. Parce qu'après la fin de saison, je n'ai pas eu le droit de retourner à l'usine, je n'ai pas eu le droit de revenir bosser au simulateur. C'est soit à ce moment-là, soit ils ont été très malins. Mais je pense que c'est plus en fin d'année, quand je suis parti, qu'ils sont arrivés avec ce système."

Or, d'après Ocon, il est impossible que Mercedes ait développé ce système sans utiliser le simulateur afin de le lui cacher. "C'est sûr, c'est certain qu’ils ont essayé ça au simulateur, parce que toutes les pièces passent par là avant d’être mises en piste", conclut-il.

À lire aussi