OL-ASM - Les notes : et de 20 !

Sans réelle surprise, l’OL s’est incliné face à l’ogre monégasque au Parc OL. Une défaite anecdotique pour l’OL mais grande de conséquences pour Monaco qui garde une avance confortable en tête du classement. Ce revers à domicile porte à 20 le nombre de défaites de l’OL. Record à battre.

Après 120 minutes très intenses à Istanbul, il ne fallait pas s’attendre à un miracle. Dès l’annonce de la compo, on pouvait tranquillement parier son PEL sur une défaite de l’OL sans trop trembler. Mateta en pointe, Ferri-Darder au milieu, Rybus côté gauche : face au leader monégasque, Bruno Genesio a choisi d’aligner l’équipe bis. Logique compte tenu du contexte, dommage pour le spectacle et l’équité sportive. L’OL avait déjà faussé la lutte pour le maintien en balançant son match contre Lorient, voilà qu’il revêt son costume d’arbitre pour le titre en offrant trois points faciles à Monaco. Prévisible.

Angle de cacaméra

S’il fallait retenir une seule chose de ce match, c’est bien l’angle de caméra choisi par la Ligue ou Canal +, c’est selon. Placé bas, très bas, cet angle de caméra a rendu le jeu totalement illisible. Ajoutez à cela des zooms intempestifs, des mouvements brusques du caméraman et une floppée de gros plans inutiles en pleine phase de jeu, et vous obtenez une bouillie de retransmission télé qui rend impossible toute analyse du jeu, voire des prestations individuelles. Ce changement pour une retransmission “à l’anglaise”, qui accélère artificiellement l’action au détriment de la lisibilité, répond visiblement à une volonté de Didier Quillot, président de la Ligue. Plus de spectacle, moins de sport. Tant pis pour les amoureux du ballon rond.


LES NOTES

Lopes (6) : Hésitant sur le premier but, pas vraiment fautif sur le deuxième, Anthony Lopes a ensuite permis à son équipe de tenir bon, notamment à 1-2. Auteurs de plusieurs parades de classe en seconde période, le Portugais a répondu présent, mais n’a pas non plus sorti des miracles. Un match somme toute moyen.

Rafael (6) : Très actif ce soir, Rafael a souvent donné l’impression d’être le seul joueur par qui pouvait venir le décalage. Très au-dessus techniquement, le Brésilien a brillé par ses repiquages et ses passes bien dosées, à l’image de ce petit piqué parfait pour Mateta en profondeur, mais détourné in extremis par Glik. De manière générale, Rafael a semblé tout seul sur le terrain, surtout en attaque. Un comble pour un défenseur.

Diakhaby (4) : Match plus ou moins habituel pour Mouctar Diakhaby. Toujours aussi fort dans les duels et sur coup de pied arrêté, le jeune défenseur de l’OL a une nouvelle fois pêché dans la relance, mais également dans la vitesse. Coupable sur le second but où il se fait déposer par Mbappé (on ne lui en voudra pas), Diakhaby n’a pas réussi à inscrire le fameux but habituel qui aurait pu équilibrer son bilan.


Nkoulou (5) : Nicolas Nkoulou revient bien, mais n’a pas non plus livré une prestation étincelante. On se rassurera en se disant que l’OL a enfin une solution de rechange d’un niveau au moins équivalent à Mapou. Ca ne nous empêchera pas de regretter Mammana.

Rybus (4) : Même s’il n’est pas fondamentalement bon, Maciej Rybus a prouvé qu’il n’avait pas non plus un niveau abyssal. Moyen défensivement, bof offensivement, le Polonais n’est certes pas une flèche, mais méritait probablement mieux qu’une mise au placard arbitraire pendant de longs mois.

Tousart (7) : Décidément, Lucas Tousart aime bien Monaco ! Après avoir roulé sur le Rocher au match aller, le milieu défensif espoir y est allé de son but dimanche soir, et aurait même pu claquer un doublé avec un peu plus de réussite. Jamais aussi bon que lorsqu’il est seul en sentinelle, le Nordiste prouve chaque semaine qu’il est au minimum un titulaire indiscutable, voire un capitaine en puissante. Monstre.


Ferri (4) : Jordan Ferri est un bon soldat. Son engagement et son état d’esprit sont toujours irréprochables. Pour le reste, “Jojo” peine à prendre le jeu à son compte, a un impact très limité sur la défense comme l’attaque, et semble avoir perdu sa vista. Un match très insipide. Remplacé par Maxime Gonalons à la 78e, un changement sans ambition et sans impact.

Darder (4) : Dans un match où l’OL a été globalement dominé, Sergi Darder est malgré tout parvenu à surnager. Après une bonne première mi-temps marquée par plusieurs bonnes ouvertures et une facilité technique toujours aussi visible, l’Espagnol s’est éteint en seconde période. Remplacé par Houssem Aouar à la 78e, un changement probablement beaucoup trop tardif qui n’a pas permis à la petite pépite de l’OL de s’exprimer.


Cornet (3) : Comme d’habitude pour Maxwel Cornet. Voir les 25 papiers précédents. Petit plus ce soir : son implication défensive. Pour le reste, calme plat.

Depay (3) : Pfiou que c’est dur pour Memphis Depay à partir du moment où il y a une vraie défense en face. Le Néerlandais a une qualité technique au-dessus de la moyenne, c’est un fait. Malheureusement, lorsqu’il se retrouve face à des adversaires à sa hauteur, l’ancien de United est incapable de varier son jeu pour davantage jouer avec ses coéquipiers. Il va falloir évoluer, un peu.

Mateta (3) : Pauvre Jean-Philippe Mateta. Après Gaspar contre Nice et Séville et Tousart contre Monaco, Bruno Genesio a continué sa grande tradition de balancer au feu ses jeunes en envoyant Mateta au charbon contre l’ogre monégasque pour sa première titularisation – son deuxième match en L1 seulement. Forcément, face à Kamil Glik, l’ancien de Chateauroux n’a jamais pu respirer. Difficile de lui en vouloir. Remplacé par Mathieu Valbuena à la 72e qui a amené du rythme et toujours une grande qualité sur coup de pied arrêté. Ca n’a malheureusement pas suffi.



Charly M. 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages