OL-Besiktas: pourquoi ces débordements étaient prévisibles

L’avant-match de Lyon-Besiktas (2-1), ce jeudi, a été émaillé par de graves incidents entre supporters des deux clubs. Une conséquence de la mauvaise gestion de la billetterie et de l’organisation autour de cette rencontre. Autopsie d’un fiasco.

Des défaillances dans le système de billetterie

La billetterie pour cette rencontre a été ouverte le 17 mars. Il n’a fallu que quelques heures à la communauté turque pour se mobiliser sur les réseaux sociaux et acheter des billets, en plus des 2 800 réservés pour le parcage des visiteurs. Concrètement, les abonnés du Parc OL pouvaient acheter, en plus de la leur, une place à un tarif préférentiel dans les volées basse et intermédiaire. En même temps, l’OL a ouvert au grand public la vente des places de l’anneau supérieur, chaque personne pouvant en acheter six. Une aubaine pour les supporters turcs habitants en France, qui ont fait une razzia sur ces places, ce qui a déclenché la colère des fans lyonnais.

A lire aussi >> OL-Besiktas: "un scandale", "des animaux"... des supporters qui ont quitté le Parc OL avant le match témoignent 

L’OL rectifie le tir, mais trop tard

Face à la grogne de ses supporters, l’OL a été contraint de revoir un peu sa politique de billetterie pour cette rencontre. Du 24 au 30 mars, les abonnés pouvaient acheter jusqu’à cinq places dans les volées basse et intermédiaire. Mais pas dans le niveau supérieur, sur lequel les supporters turcs ont fait main-basse. Pour se défendre, l’OL a rappelé qu’il avait « interdit les achats de places depuis l’étranger » mais qu’il n’avait pas le droit « de refuser la vente aux personnes résidant en...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages