Olivier Giroud en larmes : pourquoi l'attaquant des Bleus a craqué dans Téléfoot

·1 min de lecture

Olivier Giroud n'est pas parvenu à retenir ses larmes dans le grand reportage qui lui était consacré dimanche 11 octobre 2020, dans Téléfoot sur TF1. En effet, le joueur de football, qui a dépassé Michel Platini en terme de nombres de buts marqués avec l'équipe de France, a été largement touché par les mots de ses proches. Alors qu'il avait déjà été ému en revoyant les images de sa première sélection avec les Bleus puis le sacre de Montpellier en Ligue 1 alors qu'il était le joueur phare du club, les déclarations d'amour de ses parents, son épouse et ses enfants, ont eu raison de lui. "Tu as gravi tous les échelons sans te formaliser des critiques qui se sont abattues sur toi. Je sais tout ce que tu as endurré, ça a été dur pour moi aussi", lui a dans un premier temps confié son père, Denis Giroud.

Ensuite, c'est la maman de l'attaquant de Chelsea qui a pris la parole pour lui dire qu'elle était bien évidemment très fière de lui. "Je veux que tu saches que ta force mentale m'a toujours épatée, même si je sais d'où elle vient. Je te souhaite le meilleur pour la fin de ta carrière parce que tu le mérites. Je t'aime." Sa femme, Jennifer a également voulu lui passer un message remplit d'amour et de bienveillance. "Mon amour, je voulais te dire que j'étais très fière de toi, de l'homme, du joueur et du papa que tu es devenu." Elle lui a ensuite répété de bien profiter de la fin de sa carrière parce que, selon elle, il a encore de belles (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Tom Parker, ex-membre d'un boys band, atteint d'une tumeur inopérable : son bouleversant message à ses fans
Bernard Tapie malade du cancer : est-il présent à son nouveau procès ?
Albert de Monaco, Teddy Riner, Calogero : les people ont applaudi le nouvel exploit de Rafael Nadal à Roland Garros
Jennifer Aniston adopte : sa dernière vidéo sur Instagram a fait fondre ses fans
"Mylène Demongeot ne va pas s'en sortir" : ce coup de fil traumatisant reçu par Kev Adams