Olivier Giroud reste énigmatique au sujet d'une retraite internationale

Olivier Giroud était sorti à la 41e minute lors de la finale de la dernière Coupe du monde. (M. Van Steen/Presse Sports)

Interrogé par le Canal Football Club, Olivier Giroud est revenu sur l'éventualité d'une retraite internationale. Il a également parlé de ses rapports avec Karim Benzema, de la dernière Coupe du monde et de son aventure avec l'AC Milan.

Lors d'une interview pour le CFC, Olivier Giroud a été interrogé sur plusieurs thématiques autour de son actualité. Alors que Steve Mandanda et Hugo Lloris avaient annoncé leur retraite internationale dans nos colonnes, l'éventualité de voir Olivier Giroud (36 ans) suivre le mouvement posait question.

La réponse ? Il se laisse du temps pour réfléchir à son avenir en bleu, affirmant rester à la disposition de Didier Deschamps : « Je continue pour l'instant. Ça m'a fait quelque chose de savoir que Hugo arrêtait après toutes ces années. Notre relation était spéciale. Tout peut arriver, tant que je n'ai pas annoncé ma retraite internationale, je reste sélectionnable. Il faut savoir si j'ai encore envie de porter ce maillot bleu qui compte tellement pour moi et je veux prendre du temps avant de prendre cette décision. »

La défaite en finale contre l'Argentine lui fait toujours mal au coeurInterrogé sur sa Coupe du monde et son sentiment d'avoir battu le record de buts en équipe de France, le natif de Grenoble a avoué avoir vécu l'un des meilleurs moments de sa carrière : « C'est quelque chose d'extraordinaire. Il ne me manquait que deux buts et si on m'avait dit que je l'aurais fait dès le premier match... ça m'a rassuré car beaucoup m'en parlaient. Quand j'ai battu le record face à la Pologne, c'était une grande fierté. »

Il a également été relancé sur un souvenir moins reluisant de sa campagne qatarie avec sa sortie à la 41e minute de jeu en finale face à l'Argentine : « Jusque-là, c'était une très belle Coupe du monde. J'étais déçu et surpris de sortir à ce moment de la finale, je pense comprendre que c'était tactique. Sortir en finale à la 40e, j'avais beaucoup de sentiments qui se mélangeaient à ce moment-là mais j'ai toujours été derrière mes coéquipiers. »

Également questionné sur la défaite des Bleus en finale, le transfuge d'Arsenal semble avoir tourné la page : « On est passés à autre chose, je suis passé à autre chose personnellement. Je suis de retour avec Milan, mais ça fait mal au coeur quand même. »

Une partie de l'interview était aussi axée sur sa relation avec Karim Benzema et son sentiment lorsque le Ballon d'Or 2022 a dû déclarer forfait pour le Mondial. « C'était Karim qui partait numéro 1, je devais être le joker, c'était simple, rappelle Giroud. Ça a été un grand coup dur pour nous, ça n'a pas altéré la bonne humeur dans le groupe qui était déjà présente au moment où Karim était là. Beaucoup ont dit le contraire, je l'ai lu et je tiens à dire que c'est faux.

On n'a pas pu lui dire au revoir donc je lui ai écrit pour lui dire que j'étais déçu pour lui et de sa blessure. C'était un message honnête et spontané. Après parfois dans le foot, les blessures profitent à certains. Cela m'a profité, mais on ne m'a jamais vu déclarer quoi que ce soit pour dire que j'étais soulagé ou content de le voir partir. Ce sont toujours les mêmes qui essaient de chercher des problèmes alors qu'il n'y en a pas. »

Ensuite, il est intervenu sur son avenir et une prolongation avec l'AC Milan est envisagée : « J'ai envie de prolonger avec le Milan, j'ai réussi à gagner le coeur des tifosis en rapportant le Scudetto. On est en discussion. Si je peux finir ma carrière au plus haut niveau ici, je le ferai. Je pourrais partir dans une destination exotique, la MLS m'a toujours plu. »

Pour finir, il a été demandé à Giroud de donner ses objectifs pour l'avenir. Sa réponse laisse encore planer le doute sur une éventuelle retraite internationale : « Enchaîner les buts et gagner des trophées avec Milan. Pour l'équipe de France, je ne sais pas encore. Je suis toujours dans la réflexion par rapport à ça. » Le dénouement de sa réflexion devrait être proche car le prochain rassemblement des Bleus aura lieu en mars.