Olivier Krumbholz après la défaite des Bleues contre le Monténégro : « On rate des choses faciles »

Olivier Krumbholz le sélectionneur des Bleues (Baptiste Paquot/L'Équipe)

Le sélectionneur de l'équipe de France Olivier Krumbholz explique la défaite pour le bronze européen contre le Monténégro (27-25 a.p.), ce dimanche en Slovénie, par un excès d'erreurs.

« Après la demi-finale perdue vendredi contre la Norvège (28-20), la France s'incline pour le bronze face au Monténégro (27-25 a.p.)...
C'est une grande déception bien sûr, perdre deux matches de suite. Autant le premier c'est face à une excellente équipe (vainqueure de la finale contre le Danemark, 27-25), certainement la meilleure de la compétition.

lire aussi : Nze Minko : « On va pleurer tous les soirs »

Comment expliquez-vous cette défaite ?
De la fatigue, du stress, beaucoup de stress. On a perdu énormément de duels défensifs en première mi-temps (12-13), ça leur a permis de partir devant, après elles ont joué le match à leur guise, fait tout ce qu'il fallait pour nous laisser dans le dur. On n'a jamais su dans ce match, dominer, redominer. On a su s'accrocher pour s'offrir les prolongations mais pas plus. Je pense aussi que des lacunes techniques nous mettent dans le dur mentalement. On rate des choses assez faciles.

De la fatigue ?
Oui mais tout le monde est fatigué. Par rapport à leur moyen, les Monténégrines ont fait preuve de vista, ont été rusées. Elles se sont donné la balle de la main à la main, nous, on ne supporte pas ce jeu-là. En plus quand les vents sont totalement contraires...

Il y a eu un peu de grabuge derrière le banc français pendant le match. Que s'est-il passé ?
Quand elles mènent (22-21, 59e), il y a bien sûr un Monténégrin qui jette un rouleau de papier pour arrêter le jeu. Djurdjina Jaukovic se traîne par terre pour que tout le monde récupère. C'était une association entre les arbitres et le Monténégro. Clairement elles ont joué à neuf en permanence.

lire aussi : Les résultats de l'Euro

Depuis le début de cet Euro vous avez évoqué les carences de l'arbitrage qui ont concerné nombre de matches...
Je suis très triste pour le hand, on est tombés très bas dans la qualité de l'arbitrage mais pas que (il évoque le public). À un moment donné, il y en a qui jouent à domicile, qui peuvent se permettre tout ce qu'ils veulent, nous, on a un peu subi aujourd'hui (dimanche).

Quel enseignement tirez-vous ?
Il faut continuer à travailler, se dire qu'il faut être meilleur, plus stable. Je retiens que certaines filles ont été bonnes quand même. »