Olivier Krumbholz entrouvre la porte de l'équipe de France à Hatadou Sako pour 2023

Hatadou Sako sous le maillot de Metz en 2021. (A. Mounic/L'Équipe)

En marge du Championnat d'Europe, le sélectionneur des Bleues Olivier Krumbholz a confirmé ce mardi son intérêt pour Hatadou Sako, la gardienne franco-sénégalaise de Metz, qui a renoncé l'an passé à la sélection du Sénégal.

Hatadou Sako ne fait pas partie de la vaste cohorte des « Sénefs » engagées dans la Coupe d'Afrique des nations, qui commence ce mercredi à Dakar. La gardienne franco-sénégalaise de Metz (1,73 m, 27 ans) a renoncé l'an dernier à représenter les Lionnes, avec qui elle avait disputé un Championnat du monde et deux CAN entre 2016 et 2019.

Potentiellement, la native de Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne) peut devenir sélectionnable en équipe de France dès 2023, trois ans après sa dernière sélection avec le Sénégal, comme le prévoit le règlement de la Fédération internationale. Si la joueuse n'a jamais officiellement déclaré son ambition de rejoindre les Bleues, Olivier Krumbholz ne cache pas son intérêt pour une gardienne dominante en Championnat de France et en Ligue des champions, à un poste clé où le réservoir de joueuses expérimentées est actuellement limité.

« Elle est en train de finir sa période de pénitence et sera candidate à l'équipe de France à partir du printemps, a déclaré le sélectionneur ce mardi, en marge du Championnat d'Europe en Macédoine du Nord. J'ai eu des discussions avec elle, je ne lui ai rien promis. Mais je lui ai dit clairement qu'au terme de cette période, elle était comme n'importe quelle Française candidate à l'équipe de France, qu'on l'évaluera et que la porte s'ouvrirait pour elle si son niveau le justifie. »

À la suite de la blessure de Laura Glauser (dos), les Bleues disposent dans cet Euro d'une seule gardienne d'expérience, Cléopatre Darleux. La Brestoise est accompagnée de deux néophytes, Floriane André et Camille Depuiset, qui disputent leur première compétition. Même si André signe des débuts brillants, l'option Sako apparaît forcément séduisante dans la perspective du Mondial 2023 et surtout des JO de Paris en 2024.

lire aussi : L'actu de l'Euro