OM : Ajroudi, ben Talal ou Piriyev, qui est le plus riche de ceux qui lorgnent sur le club ?

Thomas
·2 min de lecture
Repreneurs OM
ben Talal, Piriyev et Ajroudi, à trois pour rêver de l’OM.

Ils sont trois pour un club. Enfin, trois des noms qui circulent depuis plusieurs mois à Marseille (Mohamed Ayachi Ajroudi, Al-Walid ben Talal et Nasib Piriyev), jusqu’ici tenants de la rumeur, plus que de l’information crédible. La preuve étant d’ailleurs le nombre de ces « prétendants » au rachat de l’OM. Qui n’ont pas tous les mêmes activités professionnelles, ni la même épaisseur financière. Pour ce que l’on peut en savoir à ce sujet.

Trois noms pour une seule reprise de l’OM

La question, nous nous la posons, la réponse peut-être aussi flou que leur intérêt supposé pour le club phocéen. Le dernier nommé, Nasib Piriyev, est probablement le moins crédible. Le moins riche aussi. Homme d’affaire azéri, il se présente comme le PDG de l’empire familial, PNN Group tournée vers le pétrole, l’agroalimentaire, le luxe et la finance. Il se dit également cofondateur du fonds d’investissement, PAI.Capital. Il n’existe pas d’estimation de sa fortune.

Quelles fortunes pour Piriyev et Ajroudi ?

Il n’en est pas non plus qui concerne Mohamed Ayachi Ajroudi. Mais à 20 Minutes, un de ses proches confie qu’il est « largement » millionnaire ». Il faut bien ça pour diriger et supporter le poids d’un club comme l’Olympique de Marseille, qui génère plus de 100 millions de revenus annuels. Comme les deux autres, Ajroudi – homme d’affaire tunisien, un peu touche à tout – ne viendrait pas seul. Enfin, Al-Walid ben Talal, celui qui a les épaules les plus larges, sur le plan économique.

ben Talal a des trois les reins les plus solides

Ce petit fils du fondateur de l’Arabie Saoudite est un acteur puissant et influent, qui a notamment des parts, dans les réseaux sociaux, Snapchat et Twitter. Les médias, mais aussi l’hôtellerie comptent parmi ses principaux investissement. Selon Forbes, il est riche d’une fortune estimée à 17,2 milliards d’euros. C’est moins que la famille Pinault au Stade Rennais, mais supérieur aux estimations de James Ratcliffe à Nice (plus de 10 milliards d’euros) et Dmitri Rybolovlev (5 milliards).