OM - Clash : Le maire de Nice se lâche sur Pablo Longoria et Dimitri Payet !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après les débordements qui sont intervenus lors de la rencontre entre l’OGC Nice et l’OM, on cherche désormais les coupables. Et du côté de Nice, on a notamment mis l’accent sur le comportement des Marseillais, en particulier Pablo Longoria et Dimitri Payet.

Aujourd’hui encore, les débordements de la rencontre entre l’OGC Nice et l’OM font énormément parler. Et avant le passage des deux clubs devant la Commission de discipline de la LFP ce mercredi, chaque camp essaye de charger l’autre. Cela vaut notamment pour les Aiglons. Comme l’a expliqué Jean-Pierre Rivère, président de l’OGC Nice, il ne pardonne en rien les comportements de ses supporters, qui sont venus sur la pelouse de l’Allianz Riviera pour en découdre avec les joueurs de l’OM, mais il n’a pas occulté les comportements des Marseillais, que ce soit sur le terrain, mais également en tribunes avec Pablo Longoria. Et ce mardi, pour Nice Matin, Christian Estrosi, maire de Nice et présent dans les tribunes lors de la rencontre, a notamment pointé du doigt les comportements de Longoria et Dimitri Payet.

« Un président, un coach, un joueur professionnel doivent, en toutes circonstances, garder leur sang-froid »

Bien qu’il n’était pas sur la pelouse au moment des débordements, Pablo Longoria est lui aussi pointé du doigt. « C’est la première fois, depuis des années, que j’assiste à un aussi pénible spectacle pour le football. Le voir dans l’Allianz Riviera m’a terriblement attristé. (…) Des choses se sont passées sur le terrain.…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles