Décryptage des salaires de l'OM

Yahoo Sport

L’OM a confirmé sa victoire en semaine face à Bordeaux par un succès sur la pelouse de Dijon grâce à des buts de Balotelli et Ocampos. Mais la journée de vendredi a aussi été marquée par la révélation du top 10 des salaires de l’effectif. Et ce n’est pas passé inaperçu !

Une nouvelle politique qui pourrait laisser des traces

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Lorsque MLD était à la tête de l’OM, les salaires étaient gelés et à part certains joueurs cadres, peu disposaient d’un énorme salaire comme constaté cette saison. Depuis que McCourt a racheté le club, la politique a changé. En allant chercher des cadre expérimentés, le club s’est affranchi d’une chose : on va surpayer pour attirer. Une stratégie qui peut se comprendre sur le papier, en effet la direction a souhaité très vite retrouver la Ligue des Champions pour justement compenser ces grosses dépenses. Le recrutement de cadres se comprenaient.

Mais aujourd’hui, même si le championnat est loin d’être terminé, la Ligue des Champions semble loin. Et qui dit absence de LDC, dit manne financière qui s’éloigne, dit salaires pas amortis, dit absences d’investissements et dit ventes de joueurs. Comment, sans une qualification, l’OM pourrait-il continuer de payer Balotelli, Payet, Thauvin, Strootman et Gustavo quand on sait que l’actionnaire ne mettra pas la main à la poche et que le FPF scrute le club ? La question se pose, elle pourrait trouver une réponse avec le départ de Florian Thauvin qui semble de plus en plus acquis… Mais cela laisse planer encore de nombreuses questions…

De (mauvais) messages envoyés

On l’a vu des salaires aussi élevés cela pose évidemment des problèmes aux finances du club, mais pas que…

Le premier message envoyé est très négatif et concerne les futures recrues. En sachant que certains joueurs sont très grassement payés alors qu’il n’ont pas le niveau idoine, il y a fort à parier qu’une future recrue n’hésitera pas à mettre le paquet quant à ses prétentions salariales au moment de rejoindre la cité phocéenne. Et ça, dans un processus de négociation, c’est très dommageable pour le club.

Le deuxième message s’adresse aux jeunes de l’effectif. Prenons l’exemple de Bouba Kamara qui confirme chaque semaine son incroyable potentiel. Au moment de négocier une augmentation, il aurait tout intérêt à s’appuyer sur le mirobolant salaire d’Abdennour (250K) pour argumenter en sa faveur. Comment lui en vouloir, il aurait même entièrement raison de le faire.

Le problème du salaire moyen

Voir un Payet ou un Luiz Gustavo obtenir des salaires élevés n’est pas une surprise. En effet, quand on veut des joueurs de leur âge et de leur valeur, il faut mettre le prix. Et cela coûte évidemment cher.

Le vrai problème c’est le niveau du salaire moyen à l’OM, a savoir 258K€ mensuel brut ! Cela place le club 2nd de L1 à près de 100K€ de différence avec l’OL et l’ASM, un gouffre !

Il est absolument anormal que des joueurs aussi moyens qu’Abdennour (250K€), Sertic (180K€) ou encore Mitroglou (380K€ parti au mercato d’hiver) disposent de salaires si mirobolants. C’est eux qui pèsent le plus sur les finances car outre le fait de ne pas jouer et donc d’être payés à rien faire, ils sont des boulets difficiles à dégager. Si le miracle s’est produit pour Mitroglou, qui serait aussi fou pour proposer le même salaire à Sertic ou pire à un Hubocan (120K) qui n’a jamais montré son niveau ? Et soyons clairs, il faut les comprendre quand ils s’accrochent à l’OM, il faudrait être fou ou aimer fortement le football pour partir et accepter de gagner 2 ou 3 fois moins…

Attention aux comparaisons inappropriées

Depuis la diffusion vendredi matin des salaires des clubs de Ligue 1 Conforama, on a vu apparaître de très nombreuses réactions sur les réseaux sociaux et notamment de larges comparaisons entre les salaires des 2 Olympiques.

Valère Germain gagne plus que Nabil Fékir, ce qui forcément surprend quand on compare le niveau et l’apport des 2 joueurs. Kevin Strootman gagne 2 fois le salaire de Tanguy Ndombele, là aussi certains peuvent trouver cela scandaleux. Mais pourtant, les 2 écarts s’expliquent parfaitement.

Fékir est formé à l’OL, il n’est donc pas passé par la case recrutement, à la différence de Germain. Lorsqu’un club désire un joueur, il est forcé de lui faire une belle proposition financière pour le voir débarquer, c’est ce qu’a fait l’OM avec Germain qui sortait d’une superbe saison à Monaco. Fékir lui n’entre pas dans ce cas de figure puisqu’en étant au club depuis très longtemps, il a démarré avec un salaire très bas et l’augmente continuellement sans que cela ne soit scandaleux. À la manière d’un Verratti au PSG qui est parti très bas et qui n’est toujours pas l’un des mieux payés de l’effectif parisien.

Concernant la comparaison Ndombele / Strootman, elle n’a pas lieu d’être. Le Batave est un grand joueur qui a roulé sa bosse et a démontré en Italie qu’il pouvait être un top player. Même si son salaire peut paraître conséquent, il correspond peu ou proue à la valeur d’un joueur de son calibre. Ndombele lui n’a pas 2 ans dans les pattes mais dispose déjà d’un salaire très élevé pour un joueur qui, malgré un talent immense, n’a pas encore prouvé sur la durée son statut.

Le sujet des salaires a longtemps fait débat à Marseille mais avec l’arrivée de McCourt et JHE, ce débat s’est accentué et il semble qu’on ne soit pas prêt d’en voir la fin…

 

#PrayForSala

À lire aussi