OM-Francfort : quand les virages jouent avec le feu

Une journée explosive, de celles qui sentent le soufre, les fumigènes, et aussi les lacrymogènes. Et de celles qui annoncent, malheureusement, un futur huis clos pour l'OM, qui était sous le coup d'un sursis. Pour le grand retour de la Ligue des champions dans un stade Vélodrome avec son public, le premier match de C1 dans la version rénovée du temple olympien, le spectacle a été digne d'une grande soirée européenne. Même s'il a débordé, entre les innombrables fumigènes lancés par les Allemands, avant et pendant le match, et les feux d'artifice (oui, oui) tirés en réponse par le virage Nord. On annonçait une journée chaotique en ville, et sous contrôle au stade. C'est l'inverse qui s'est produit.

Un mardi au soleil


Chose rare : dès lundi, le venue de Francfort à Marseille faisait parler tout le pays, y compris les médias non sportifs. Avec une boîte d'allumettes grande comme des milliers d'Allemands, il…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com