OM - Malaise : Vélodrome, sanctions... Dimitri Payet réclame un geste très fort !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après le match nul dans le Classique entre l'OM et le PSG (0-0), Dimitri Payet a affiché son agacement face aux comportements de certains supporters marseillais qui ont jeté des projectiles sur la pelouse du Vélodrome. Le numéro 10 de l'OM réclame ainsi des sanctions.

Depuis les incidents à Nice, l'OM vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Et pour cause, le club phocéen a été sanctionné d'un point avec sursis. Par conséquent, en cas de récidive, l'OM peut se voir retirer un point au classement, ce qui représenterait une mauvaise opération dans la course au podium, qui se révèle très serrée. Conscient du risque, Dimitri Payet avait ainsi interpellé ses supporters avant le Classique face au PSG afin de prévenir tout débordement. « Peu importe l'extra-sportif, peu importe le score, on a besoin de montrer l'exemple. Nous sur le terrain, on sera exemplaire et on a besoin de vous. N'oubliez pas qu'on est en sursis et qu'on risque de perdre un point. Tous les points sont importants. Ce sont des points qui nous manqueront en fin de saison », confiait le numéro 10 de l'OM dans un message diffusé sur Twitter. Le président de l'OM, Pablo Longoria, allait également en ce sens rappelant que « s’il devait arriver le moindre incident, nous pourrions être très sévèrement sanctionnés. » Mais cela n'a pas visiblement pas suffi à calmer tout le monde au Vélodrome. En effet, malgré les avertissements du capitaine et du président du club marseillais, des projectiles ont été jetés sur

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles