Les 5 joueurs de l’OL que j’aurais aimé voir à l’OM

Il y a quelques temps, Yahoo m’a lancé un défi : choisir 5 joueurs du PSG que j’aurais aimé voir à l’OM. Avant le choc face à l’OL, j’ai répondu au même défi avec le club désormais coaché par Rudi Garcia.

Les critères sont différents selon les joueurs, j’ai voulu être le plus large possible en explorant plusieurs époques, mes choix se sont portés sur des joueurs ayant brillé à l’OL sans penser à leur avant/après et mes choix correspondent aussi aux effectifs de l’OM du moment (par exemple je ne prends pas Karim Benzema car à l’OM il y avait Niang, Pagis ou Cissé donc on n’enviait pas l’OL pour Benzema même si son talent aurait évidemment fait un bien fou). Allez c’est parti !

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

 

Edmilson (2000-2004)

Défenseur central pouvant évoluer au milieu, Edmilson était un joueur très technique, doté d’une excellente vision de jeu et dont l’apport offensif était toujours juste et calculé. Élégant, il faisait partie de ses défenseurs « modernes » qui basaient plus leur jeu sur l’anticipation et le placement que sur la puissance. À l’époque, l’OM se cherche en défense centrale entre Leboeuf, Van Buyten, N’Gotty, Tuzzio, Christanval, Meïte, etc… et ne dispose évidemment pas d’un joueur de la classe d’Edmilson qui n’aurait pas eu de mal à se trouver une place de taulier dans la cité phocéenne.

 

Michael Essien (2003-2005)

Bestial ! Animal ! Essien était un phénomène tombé de nulle part, comme la Ligue 1 aime tant en produire. Déjà à Bastia, le milieu impressionne le championnat Français mais à l’OL, c’est l’Europe qu’il met à ses pieds. Puissant, très habile balle aux pieds, récupérateur, participant à la construction, Essien était un joueur complet qui sera élu meilleur joueur de Ligue 1 en 2004-2005. À l’OM, les milieux ne s’imposent pas comme Pedretti ou Costa promis pourtant à marcher sur la L1. En face, Essien écrase tout sur son passage, les milieux marseillais en font souvent les frais car tout grand joueur qui se respecte, il ne passait pas à côté d’un grand match.


Eric Abidal (2004-2007)

Nakata, Taiwo, Ecker, Bonnissel… La liste des arrières gauches ayant évolué à l’OM durant la période lyonnaise d’Eric Abidal fait peine à voir, il est donc parfaitement logique que nous ayons pu être un tantinet envieux de l’OL. Une technique au-dessus de la moyenne, une rigueur défensive bien plus présente que chez Taiwo et surtout une intelligence de jeu hors normes qu’il façonnera plus tard au Barça. Il représente parfaitement ces années lyonnaises où la très haute qualité était présente à tous les postes. Il aurait été comme un poisson dans l’eau sur un côté gauche avec un Mamadou Niang ou un Franck Ribéry… Ça fait rêver non ?


Tiago (2005-2007)

Pour le PSG j’ai choisi Thiago Motta, pour l’OL je prends Tiago, n’y voyez pas un amour particulier pour les T(h)iago mais simplement un amour certain pour les milieux à part. En Italie, il était surnommé « la machine à laver », de quoi vous donner une idée de ce qu’était le Portugais. Avec classe et simplicité, il s’occupait de tout nettoyer le milieu et pour rendre les ballons propres d’une passe toujours juste et bien sentie. S’il fallait éliminer, aucun problème, s’il fallait se battre entre 2 joueurs, aucun problème, s’il fallait inscrire un but de 25 mètres, aucun problème. Bref, un joueur indispensable dans un effectif et surtout dans un 11. Vous voulez un dernier argument ? En 2006, il est même sélectionné dans les 50 du Ballon d’or, pas mal pour un joueur qui ne brille pas par ses statistiques non ?


Memphis Depay (2017-X)

À son arrivée à l’OL, je n’aimais pas du tout Depay, comme beaucoup je le considérais comme un « tout droit » qui n’utilisait que sa vitesse sans son cerveau et qui exploitait sa technique uniquement pour le folklore. Au fil des saisons, son jeu a évolué à tel point qu’aujourd’hui je le considère comme un des meilleurs footballeurs de Ligue 1. Intelligent, une capacité folle à sentir le jeu, des passes justes, des buts magnifiques et un instinct de tueur incroyable qu’on appelle « clutch » en NBA. Il est le facteur X de l’OL et même de la très séduisante équipe des Pays-Bas, son caractère et sa personnalité feraient un malheur à l’OM.

À lire aussi