OM, Rongier : "J'ai rongé mon frein"

L'Olympique de Marseille peut frapper un gros coup dans la course à l'Europe. Les Phocéens, deuxièmes, affrontent Rennes, troisième, vendredi soir pour la reprise de la Ligue 1. Avec un succès, l'OM compterait huit points d'avance sur son adversaire et une belle option pour se qualifier en C1 la saison prochaine. En conférence de presse, Valentin Rongier a fait un bilan de ces premiers mois à l'Olympique de Marseille évoquant notamment son positionnement et gardant les pieds sur terre malgré ses bonnes performances.

OM - Villas-Boas : "Lihadji ? On ne peut pas être otages de ça"

"Ça vient avec le temps. Si tu prouves à tes coéquipiers qu'ils peuvent te donner le ballon sans craindre de le perdre, ils vont plus facilement te le donner. Je pense aussi que le coach a parfaitement contribué à mon intégration. Il ne m'a pas aligné tout de suite, même si j'avais envie de jouer et de démarrer les matches. J'ai rongé mon frein et ça s'est fait plus naturellement. On est sur une bonne dynamique et la confiance règne au sein du groupe. Il ne faut pas que l'on perde ça", a expliqué le Français.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Avec Morgan (Sanson), on s'adapte à la sentinelle que le coach nous met. Kevin, quand il joue, compense vachement comme Bouba, ils ont cette intelligence de déplacement pour voir où il y a des trous. Je ne vais pas faire de langue de bois mais je me concentre vraiment que sur Marseille. On m'a toujours que mes objectifs viendront avec mes performances; Il n'y a que comme ça que je pourrais taper dans l'oeil du sélectionneur", a ajouté l'ancien milieu de terrain de Nantes.

"C'est très fort ce que fait Camavinga"

2019-09-23 Camavinga RENNES
2019-09-23 Camavinga RENNES

Valentin Rongier a évoqué ses derby face à Rennes avec le FC Nantes : "Je ne regrette pas (ses chambrages passés contre Rennes, ndlr) dans le sens où ça faisait partie de la rivalité entre Nantes et Rennes. J'étais capitaine, c'était plutôt bon enfant. Il n'y a jamais eu d'insultes envers les supporters et les joueurs. Je suis à Marseille, je ne porte plus le maillot nantais mais j'ai quand même joué longtemps à Nantes donc ce match est important pour moi, d'autant plus qu'il le sera au niveau des points".

OM - Bernès : "Tous les voyants sont au vert pour Thauvin"

Le milieu de terrain se méfie des Bretons et a été bluffé par Eduardo Camavinga : "Rennes a surperformé ? C'est une question un peu compliquée surtout que je ne regarde pas tous leurs matchs pendant 90 minutes, une équipe qui a des qualités, il n'y a pas vraiment de hasard. S'ils sont là, c'est qu'ils méritent. Ils ont effectif avec beaucoup de profondeur et jouer de qualité. On connaît l'importance des matchs fin janvier-début février. La confiance règne dans le groupe et il ne faut pas qu'on perde ça ce week-end quelque soit l'issue du match."

"Ce sera un match d'hommes avec deux styles tactiquement opposés. On s'y prépare. Le deuxième contre le troisième chez le troisième, ce sont toujours des matchs excitants. Il ne faut pas qu'on déjoue et qu'on soit surpris par l'évènement. Camavinga ? Ce qui m'interpelle le plus dans son jeu, c'est son calme pour son âge. C'est quand même fort ce qu'il fait. Répéter les matchs à cet âge, ça veut dire que son corps est prêt. Si on m'avait fait enchaîner les matchs à son âge, je ne sais pas si mon corps aurait été capable de répondre", a conclu Valentin Rongier.

À lire aussi