Open d'Australie (F) - Fiona Ferro : « Je ne me fixe pas de limites »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Victorieuse 6-4, 6-4 d'Elena Rybakina, Fiona Ferro s'est qualifiée pour la première fois de sa carrière pour le troisième tour de l'Open d'Australie mais elle veut voir plus loin. « C'est votre première qualification pour le troisième tour à l'Open d'Australie. Que ressentez-vous ?
Je suis très contente d'être au troisième tour mais je ne me fixe pas de limites. C'est une joueuse que j'avais déjà battue, je savais que je pouvais le faire même si c'était sur terre battue la dernière fois (Roland-Garros en octobre). Je me suis entraînée avec elle à Dubaï en décembre où on a fait plusieurs fois des matches d'entraînement. Je l'ai parfois battue, je savais donc que c'était un match à ma portée. Demain (jeudi), je vais jouer en double, ça va me permettre de bien me préparer pour mon troisième tour. lire aussi Sa victoire contre Rybakina Pensez-vous que vous aviez un petit ascendant psychologique sur elle depuis votre victoire à Roland-Garros ?
J'ai l'impression que le rapport de forces a un peu changé. La première fois que je l'ai jouée, c'était à Saint-Pétersbourg sur dur indoor (défaite en deux sets l'an dernier), je me voyais comme inférieure par rapport à elle et elle se voyait supérieure. À Roland-Garros, j'ai réussi à inverser ça et depuis, ça s'est équilibré. Aujourd'hui, j'avais peut-être un petit ascendant psychologique. Fiona Ferro « Quand on arrive à varier les trajectoires, elle n'aime pas du tout » En quoi est-elle difficile à jouer ?
Elle sert bien, elle a un très bon revers, j'ai essayé de ne pas trop lui faire frapper de revers. Quand on arrive à varier les trajectoires, elle n'aime pas du tout. Ce n'est pas du tout facile à faire surtout quand ce sont des conditions rapides. Pouvez-vous nous parler de votre préparation ?
On s'est entraîné six-sept semaines à Dubaï où je suis arrivée vers le 10 novembre. Ça aide pour s'acclimater à la chaleur. Après, les conditions sont assez différentes. Ici, ça vole encore plus, c'est difficile de retourner. Dans les deux premiers jeux, elle a passé beaucoup de premières et c'était compliqué de contrôler la balle, surtout quand il fait chaud comme aujourd'hui (mercredi). »