Open d'Australie (F) - Pour Naomi Osaka, qualifiée pour la finale, « le nom du vainqueur est celui qui est gravé »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Après sa nette victoire face à Serena Williams en demi-finale jeudi (6-3, 6-4), Naomi Osaka (23 ans) n'envisage pas de tenir le rôle de la finaliste malheureuse samedi face à Jennifer Brady. « Vous sembliez nerveuse en début de partie contre Serena Williams. Comment avez-vous changé cela au cours du match ?
J'étais vraiment nerveuse, oui. Je ne sais pas. C'est toujours intimidant de servir la première et de la voir (Serena Williams) de l'autre côté du filet. À 0-2, je me suis dit de contrôler ce que je pouvais contrôler, au lieu de penser à ce qu'elle pourrait faire. lire aussi Osaka en finale Quand vous êtes à un set à zéro, un break d'avance et que vous faites trois double-fautes pour permettre à Serena Williams de revenir à 4-4, beaucoup auraient paniqué. Vous, derrière, vous n'avez plus perdu un seul point !
Définitivement, l'expérience accumulée avec les matches m'aide dans ces situations. Sur ce tournoi, je n'ai jamais ressenti l'état de panique, avant de jouer Muguruza (Osaka sauva deux balles de match contre l'Espagnole). Ce match, en particulier, m'a beaucoup aidée. Quand je me suis fait breaker à 4-3 aujourd'hui (jeudi), que je suis retournée sur ma ligne pour relancer, j'avais bien sûr toutes ces pensées, combien elle est la meilleure serveuse, je ne vais probablement pas réussir à la breaker à nouveau... Mais je me suis dit qu'il fallait absolument effacer ces pensées, ne pas s'en soucier. Je ne pouvais jouer qu'un point à la fois et il fallait simplement le jouer du mieux possible. « Les gens ne se souviennent pas des finalistes » Qu'est-ce qui vous rend si difficile à battre en finale d'un Grand Chelem ?
Je n'en ai joué que trois. J'ai cette mentalité, les gens ne se souviennent pas des finalistes. Le nom du vainqueur est celui qui est gravé. Je pense que je me bats aussi dur que je le peux en finale. C'est là que vous vous démarquez en quelque sorte. C'est le plus gros combat. Ressentez-vous un besoin de reconnaissance, que votre nom soit sur le trophée, ou est-ce juste la compétition qui vous fait atteindre cet état en finale ?
Je ne sais pas. Quand j'étais plus jeune, il y a deux ans environ, le ressenti, l'objectif, c'était de marquer l'histoire. Je voulais être la première personne japonaise à gagner un Grand Chelem. C'était mon but. Bien sûr, c'est valorisant de voir ton nom sur un trophée, sur un mur, mais je pense plus grand que cela maintenant. lire aussi Le tableau du simple femmes Parlez-nous de votre adversaire en finale, Jennifer Brady ?
Je l'ai jouée en demi-finale à l'US Open. Ça reste un match mémorable avec une très haute qualité de tennis tout le long. Pour moi, ce n'est pas vraiment étonnant de la voir arriver à ce stade. Ce sera encore un match difficile à jouer. »