Open d'Australie (F) - Naomi Osaka domine Jennifer Brady et décroche son quatrième titre du Grand Chelem

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

La fraîcheur et le punch de Jennifer Brady n'ont pas fait le poids face à l'expérience et à la confiance de Naomi Osaka, qui s'est imposée en finale de l'Open d'Australie, samedi (6-4, 6-3). Jennifer Brady n'est pas passée totalement au travers de sa première finale de Grand Chelem, samedi, à Melbourne, mais Naomi Osaka a su faire respecter son rang (n°3 mondiale) et son expérience largement supérieure de ce genre d'événements. La Japonaise a battu l'Américaine en finale de l'Open d'Australie, 6-4, 6-3 en 1h17 et c'est la logique qui l'a emportée.

La réaction de Jennifer Brady à l'issue de sa qualification pour la finale, jeudi, contre Karolina Muchova, était sûrement un indice fort : elle s'était écroulée de tout son long sur le sol de la Rod Laver Arena. Un lâcher-prise compréhensible, mais qui indiquait que, peut-être, son tournoi était terminé dans sa tête, une fois sa première finale en Majeur décrochée. lire aussi Le tableau du simple dames D'ailleurs, c'est bien Osaka qui a réalisé le meilleur départ dans cette finale, se procurant après un gros quart d'heure une balle de 4-1 qu'elle a gâchée par un revers long de ligne trop long. Brady a alors trouvé un peu mieux ses repères, au service et en coup droit, tandis qu'Osaka se mettait en mode flottement. À 4-4 et 30/40 sur son service, la Japonaise a connu son moment le plus périlleux de la finale. Elle a sauvé cette balle de break d'un coup droit croisé superbement enroulé. Et à 5-4, Brady a mené 40/15 avant d'enchaîner une faute directe en revers, une double faute et deux coups droits complètement manqués, dont le dernier, sur balle de set, ressemblait à un penalty, suite à un retour décentré d'Osaka (6-4, en 41 minutes). Quatrième titre sur ses huit derniers tournois du Grand Chelem C'était le moment de se souvenir que Brady avait eu un parcours assez clément dans cet Open d'Australie, n'ayant pas une seule joueuse du top 25 sur sa route jusqu'en finale. Et de se souvenir aussi que face au top 10 WTA, elle débarquait avec un ratio très négatif (deux victoires en treize tentatives). Cela ne remet en cause ni ses progrès récents ni des perspectives enthousiasmantes pour la suite de sa saison mais cela explique sans doute pourquoi, une fois la première manche envolée, elle a laissé filer Osaka vers le titre. Naomi Osaka, qui a sauvé en cours de quinzaine deux balles de match, contre Garbiñe Muguruza en huitième de finale (4-6, 6-4, 7-5), a remporté quatre des huit derniers tournois du Grand Chelem où elle s'est alignée, à savoir l'US Open 2018, l'Open d'Australie 2019, l'US Open 2020 et, donc, l'Open d'Australie 2021. La voilà de retour à la 2e place mondiale, mais avec de vrais airs de number one. Et elle n'a que 23 ans.