Open d'Australie (F) - Naomi Osaka (sacrée à l'Open d'Australie) : « Je suis toujours en train de grandir en tant que personne »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Après deux verres de champagne, Naomi Osaka voyait déjà plus loin que son 4e titre en Grand Chelem. Elle veut jouer assez longtemps pour affronter une fille qui dirait qu'elle était sa joueuse préférée... « Quelles différences faites-vous avec vos autres victoires en Grand Chelem ?
Maintenant, je sais combien de travail vous devez y consacrer. À l'US Open en 2018, je n'étais qu'une gamine, je jouais et je faisais mon truc. Année après année, cela m'a ouvert les yeux... Le trophée de mon premier US Open est avec mes parents. Les deux autres sont chez moi à Los Angeles, dans le salon. Ils sont une inspiration pour moi. Je les ai regardés à l'intersaison. lire aussi Naomi Osaka domine Jennifer Brady et décroche son quatrième titre du Grand Chelem Mats Wilander a dit que vous alliez en gagner dix...
Je vais déjà essayer d'en obtenir un cinquième, puis je regarderai pour 7 ou 8. Ce qu'il a dit un honneur, mais je me concentre uniquement sur ce que je peux contrôler, jour après jour. Et cela semble fonctionner pour me donner plus d'opportunités. Quel Grand Chelem sur une autre surface que le dur pensez-vous gagner en premier ?
Espérons que ce soit celui sur terre battue parce que c'est celui qui arrive le plus tôt ! Mais la plus grande chose que je veux réaliser est de jouer assez longtemps - cela peut sembler étrange - pour jouer contre une fille qui dirait que j'étais sa joueuse préférée. Malheureusement, je n'ai pas pu jouer face à Li Na... « Ce que j'ai appris sur et en dehors du terrain, c'est que ce n'est pas grave de ne pas être sûr de vous » Vous êtes déjà un modèle...
Je suppose que dans le passé, je l'ai ressenti comme une responsabilité. J'étais effrayée et nerveuse. Au fil des années, j'ai réalisé que la seule chose que je pouvais faire était d'être moi-même. Il y a 500 autres joueurs de tennis si vous voulez des modèles. Je suis toujours en train de grandir en tant que personne. Et le poids des attentes ?
Ça me motive. Cela me pousse à attendre plus que quiconque attend de moi. Je prends cela comme un défi. Ce que j'ai appris sur et en dehors du terrain, c'est que ce n'est pas grave de ne pas être sûr de vous. Il vous suffit de faire le tri des choses d'une certaine manière. C'est ce que j'ai fait pendant les quarantaines avant l'US Open et cet Open. lire aussi Jennifer Brady : « Pas l'impression d'avoir joué mon meilleur tennis » Vous en êtes à 21 victoires de suite...
Je ne m'attends pas à gagner tous mes matchs. Honnêtement, il faudra me donner une médaille si j'y arrive jusqu'à la fin de l'année. Nous avons tous des hauts et des bas. Je me souviens ce que c'est de perdre des matchs. Je me souviens comment j'étais ici il y a un an (défaite contre Cori Gauff au 3e tour). Et j'en suis toujours triste. »