Open d'Australie (F) - Pour la WTA, Renata Voracova « n'avait rien fait de mal » avant l'annulation de son visa pour l'Australie

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Novak Djoković
    Novak Djoković
    Joueur de tennis serbe

Contrainte de quitter Melbourne après l'annulation de son visa, la Tchèque Renata Voracova, non-vaccinée mais bénéficiaire d'une exemption médicale, a reçu le soutien de la WTA mercredi. Comme Novak Djokovic, Renata Voracova a passé plusieurs jours en rétention au Park Hotel de Melbourne. Non-vaccinée, la joueuse tchèque disposait pourtant d'une exemption médicale pour participer à l'Open d'Australie et avait pu rentrer sans problème sur le sol australien. Mais avec le début de l'affaire Djokovic, son exemption avait été réexaminée et son visa finalement annulé. Une décision « malheureuse » selon la WTA (l'Association des joueuses de tennis). « Les difficultés rencontrées ces derniers jours lorsque des athlètes avaient suivi le processus approuvé et autorisé pour recevoir une exemption médicale et entrer en Australie, sont malheureuses », a déclaré l'instance dans un communiqué publié mercredi soir. lire aussi Voracova : « L'impression d'être dans un film » À la différence de Djokovic, Voracova avait choisi de ne pas contester en justice l'annulation de son visa, préférant rentrer en République tchèque. La WTA a défendu la joueuse dans son communiqué, expliquant qu'elle « a suivi les règles et les procédures, a été autorisée à entrer, à disputer un tournoi (défaite au premier tour) et a subitement vu son visa annulé alors qu'elle n'avait rien fait de mal ». Après avoir remporté une bataille judiciaire lundi, Novak Djokovic est toujours en Australie mais le Serbe reste sous la menace d'une expulsion.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles