Open d'Australie (H) - À l'Open d'Australie, Rafael Nadal ne se projette pas « au-delà du prochain match »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Malgré sa victoire en trois sets sur Laslo Djere, Rafael Nadal est toujours préoccupé par son dos. L'Espagnol prend donc les matches à l'Open d'Australie les uns après les autres. « Comment vous sentez-vous ? Dans quel état est votre dos ?
Le dos n'est pas parfait, non. Mais on travaille tous les jours pour que ça aille mieux. Il y a toujours moyen d'améliorer la situation. Aujourd'hui (mardi), ce n'était pas super et j'ai dû un peu changer ma position au service. Je fais de mon mieux pour survivre dans ce tournoi, pour me battre et pour gagner. J'espère bien profiter de ma journée de repos mercredi. Après, on verra. Pour le moment, je ne me projette pas au-delà du prochain match. J'ai pu gagner en trois sets, ce qui est positif. C'est toujours compliqué après une longue période sans jouer. Mais c'est un bon début. Je suis satisfait. lire aussi Nadal passe le premier tour Vous êtes quelqu'un qui semble aimer avoir toujours la même routine. Mais en cette période, avec la pandémie, cela doit être compliqué, non ?
En fait, les gens ont cette idée de moi parce que c'est comme ça que je suis sur un court. Mais dans ma vie, je ne suis pas particulièrement organisé. Ce serait même le contraire. La pandémie... Vous savez, je suis surtout resté chez moi à ne pas pouvoir faire ce que je faisais d'habitude. Mais c'est comme ça. Une année sans faire la fête, sans grands dîners avec beaucoup de gens autour de la table. Nous vivons dans un monde qui est devenu un peu triste, mais il faut s'adapter et faire le maximum pour que ça aille mieux. Ici, on voit que la situation est différente. Les Australiens peuvent se rassembler et c'est totalement différent de ce que nous vivons ailleurs. Bien sûr, nous rêvons tous d'un retour à la normale. lire aussi Le tableau de l'Open d'Australie Nadal sur Sinner « Franchement, il est super. Il est humble, détendu. C'est un gros bosseur. » Durant la quarantaine, vous vous êtes entraîné avec Jannik Sinner. Il a perdu son premier tour face à Shapovalov, mais a déclaré après que, rien que pour s'être entraîné avec vous, cela valait le coup d'avoir fait le déplacement. Qu'est-ce que cela vous fait d'être le modèle d'un joueur si prometteur ?
Déjà, j'ai regardé son match depuis ma chambre. Jusqu'à une heure du matin, c'est vrai. C'était un grand match avec un sacré niveau. Je suis déçu pour Jannik, mais je suis aussi heureux pour Denis. C'est comme ça, c'est le jeu. C'était un mauvais tirage pour les deux. Jannik est vraiment super. J'ai pu apprendre à le connaître durant ces deux semaines à Adelaïde et nous avons fait de grosses séances. On ne s'est pas beaucoup amusé car ce n'était pas possible, mais je pense que nous avons fait de bons entraînements. Franchement, il est super. Il est humble, détendu. C'est un gros bosseur. Je suis persuadé qu'il finira l'année à un très bon classement, je n'ai aucun doute là-dessus. »