Open d'Australie (H) - Une fausse information transmise par Novak Djokovic aux autorités australiennes sur un document de voyage

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Novak Djoković
    Novak Djoković
    Joueur de tennis serbe

Si le ministre australien de l'Immigration se réservait toujours, mardi après-midi, l'option d'annuler le visa de Novak Djokovic, ce dernier a par ailleurs omis d'indiquer qu'il avait voyagé en Espagne, peu avant son arrivée à Melbourne. Ce mardi après-midi, vers 16 heures, heure de Melbourne (6 heures du matin en France), Novak Djokovic tapait, et plutôt fort, sur la Rod Laver Arena, pendant une séance d'entraînement sous le soleil, au lendemain de la réactivation de son visa par un juge fédéral qui a considéré que l'officier à la frontière ne lui avait pas laissé assez de temps pour démontrer la validité de son exemption de vaccination. lire aussi Tout sur l'affaire Djokovic Quasiment au même moment, via un communiqué, le cabinet d'Alex Hawke, le ministre australien de l'Immigration, précisait que ce dernier considérait toujours l'éventualité d'annuler une seconde fois le visa du numéro un mondial, lui qui a le pouvoir de le faire pour raisons de santé publique et qui détient, de par sa fonction, la responsabilité de prendre la décision finale dans cette affaire. « Puisque le processus est en cours, pour des raisons légales, il est inapproprié d'apporter plus de commentaires », a conclu un porte-parole du ministère, laissant penser qu'aucune décision ne serait prise mardi. « Avez-vous voyagé ces quatorze derniers jours ? -Non » Le nouveau hic, dans cette affaire Djokovic, tient désormais à la véracité des déclarations du Serbe sur son formulaire d'arrivée en Australie. A la question: « Avez-vous voyagé ces quatorze derniers jours ? », c'est la case « non » qui est cochée.

Pourtant Novak Djokovic, au cours de cette période, a quitté Belgrade et rejoint l'Espagne, où il s'est entraîné à Marbella sur des courts en dur avec les balles de l'Open d'Australie. La Soto Tennis Academy à Marbella avait publié plusieurs vidéos du numéro 1 mondial à l'entraînement, ou entouré d'enfants et souhaitant une bonne année 2022. Selon la presse australienne, Djokovic aurait ensuite quitté l'Espagne le 4 janvier.

Sur le formulaire où figure la réponse erronée, il est précisé que: « Donner une information fausse ou trompeuse est un délit sérieux. Vous pouvez vous exposer à une sanction civile », qui peut aller jusqu'à... douze mois d'emprisonnement. Un document rempli par Tennis Australia Lors de sa nuit à l'aéroport de Melbourne, après son arrivée mouvementée du 5 janvier au soir, Djokovic avait indiqué à l'officier des frontières que c'est Tennis Australia qui avait rempli le formulaire pour lui, ce qui n'écarte pas l'éventualité que ce nouvel épisode pose problème. Mardi, le premier ministre australien Scott Morrison et son homologue serbe Ana Brnabic ont également échangé à propos de la situation du numéro 1 mondial. « Tous deux se sont mis d'accord pour rester en contact sur le sujet et renforcer les relations bilatérales » entre l'Australie et la Serbie, assure un communiqué publié après l'échange, cité par le Daily Telegraph. Le gouvernement fédéral a encore une voie de recours contre le joueur aux 20 titres en Grand Chelem. Lors de son audition devant le juge Kelly lundi, l'avocat représentant les autorités, Christopher Tan, a prévenu que le ministre de l'Immigration évaluait la possibilité d'utiliser « son pouvoir personnel d'annulation » à l'encontre du visa du joueur serbe.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles