Open d'Australie (H) - Le non isolement de Novak Djokovic en décembre embarrasse sa famille

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Open d'Australie (H) - Le non isolement de Novak Djokovic en décembre embarrasse sa famille
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Novak Djoković
    Novak Djoković
    Joueur de tennis serbe

Lors d'une conférence d'une demi-heure, la famille de Novak Djokovic s'est réjouie ce lundi de la décision favorable du tribunal de Melbourne mais a interrompu la séance quand la question embarrassante du non isolement du joueur après son contrôle positif du 16 décembre a été posée. On peut ajouter un épisode supplémentaire à l'affaire Djokovic avec cette conférence de presse familiale assez étrange qui s'est déroulée ce lundi à Belgrade. Sur fond de musique serbe, la famille s'est réunie pour se réjouir de l'illégalité prononcée par le tribunal de Melbourne de l'annulation du visa de Novak Djokovic. Devant un parterre de journalistes, après avoir remercié tous les soutiens reçus, le père, Srdan, a pris la parole en premier pour asséner avec force en serbe que « (son) fils, la justice et l'état de droit avaient gagné » et que « Novak s'était vu retirer ses droits humains ». La mère, Dijana, a poursuivi en évoquant « des tortures subies par son fils », en déplorant de ne pas avoir pu le joindre à certains moments et en qualifiant « de plus grande victoire de sa carrière » la décision du tribunal. Une question très embarrassante Pendant ce temps-là, le numéro 1 mondial, annoncé dans un premier temps en conférence de presse et finalement absent, a publié une photo de lui avec toute son équipe sur la Rod Laver Arena en annonçant sa volonté de disputer l'Open d'Australie.

Lors de cette demi-heure de discussion, son oncle Goran et son jeune frère Djordje se sont montrés plus pondérés. Avec quelques notes sous ses yeux, Djordje a tenu à remercier le juge qui a fait éclore « la justice et la vérité » avec neutralité. Il a évoqué une bataille très difficile pour son frère et toute la famille. lire aussi Un agenda suspect les 17 et 18 décembre Puis sont venues les questions en anglais. Le cadet y a répondu sous l'oeil très attentif de son père. Quand un journaliste a posé la question très embarrassante sur les activités de Novak Djokovic après son test positif le 16 décembre, le père a glissé quelques mots à son jeune fils et la conférence de presse s'est interrompue. La musique a retenti sous les applaudissements des journalistes serbes. Ambiance Malaise TV... lire aussi Toutes les infos sur l'affaire Djokovic

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles