Open d'Australie (H) - Novak Djokovic évoque une déchirure abdominale passée « de 1,7 à 2,5 cm »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Vainqueur de l'Open d'Australie dimanche, Novak Djokovic s'est exprimé lundi matin au bord de l'Océan, à Melbourne, lors d'un ultime rendez-vous médiatique, avant de redécoller vers l'Europe. Il a notamment donné des précisions sur sa déchirure abdominale. « Comment vous sentez-vous, au bord de l'océan, avec le trophée entre les mains ?
Il y avait beaucoup d'adrénaline hier soir (dimanche) et cette nuit ; c'est un peu retombé. J'ai fait de beaux rêves. Et j'ai ce sentiment de plénitude, ce matin. Je vais surtout célébrer quand je serai rentré à la maison. Quel regard portez-vous sur ce mois et demi passé en Australie ?
C'était une super expérience, un périple unique. Je m'en souviendrai toujours. Il y a beaucoup de positif à en retirer, j'ai appris beaucoup de leçons, sur moi, avec tout ce qui s'est passé ces cinq-six semaines. Ce qui s'est passé en dehors du court rend cette victoire encore meilleure, encore plus douce. lire aussi Djokovic, le survivant vous salue bien Vous faites allusion aux critiques dont vous avez fait l'objet, par rapport à vos propositions d'aménagement pour les joueurs en quarantaine ou votre blessure aux abdominaux ?
Les gens doutent de moi tout le temps. Certains douteront toujours. C'est ok, ils questionneront tout ce que je dis ou fais. On ne peut pas plaire à tout le monde. J'ai des ressentis comme tout le monde et ça fait quelque chose d'être critiqué injustement, mais en même temps j'accepte que chacun a droit à son opinion. Vous parlez de leçons apprises sur vous. Une en particulier ?
Je dirais la résilience, cette habilité à gérer une blessure qui m'est arrivée en milieu de tournoi. Je ne crois pas avoir déjà expérimenté ça aussi longtemps dans un tournoi, avant. Il a fallu comprendre que si les choses étaient faites très proprement, on pourrait trouver une voie. C'est ça, la leçon numéro un. « J'espère être capable de gagner d'autres Majeurs, c'est une priorité » Et votre blessure alors ? Rafael Nadal, à l'US Open 2009, avait subi aussi une déchirure abdominale qui, en cours de tournoi, s'était agrandie, passant de 0,6 à 2,6 cm. Quelle est la situation pour vous ?
J'ai passé une nouvelle IRM ce (lundi) matin qui a montré que les dégâts étaient un peu plus importants qu'à l'issue de mon troisième tour contre Taylor Fritz. D'après les docteurs, ce n'est pas si mal, mais je vais devoir me reposer et me soigner. Peut-on vous demander quelle est l'évolution de la déchirure ?
Elle est passée de 1,7 à 2,5 cm. lire aussi Wilander : « Une nouvelle version de Djokovic » Vous avez déjà évoqué votre position sur la vaccination, mais si le vaccin devient obligatoire pour revenir en Australie l'an prochain, vous ferez-vous vacciner ?
On verra ce qui arrivera, beaucoup de discussions à ce propos sont en cours mais rien d'arrêté, concrètement. Il n'y a pas de règle mise en place par l'ATP ou par les Grands Chelems. Wait and see. C'est juste un débat, pour l'instant, donc pas de commentaire de ma part sur quelque chose qui n'est pas concret. Vous allez battre le mois prochain le record de temps passé à la première place mondiale, détenu par Roger Federer. Désormais vous allez concentrer toute votre énergie sur les titres du Grand Chelem ?
Je vais ajuster mon calendrier pour jouer mon meilleur tennis en Grand Chelem, oui. Je ne suis pas fatigué de jouer au plus haut niveau. J'ai encore beaucoup d'essence mais il va falloir que je sois malin et sage sur l'établissement de mon programme. J'espère être capable de gagner d'autres Majeurs, c'est une priorité. » lire aussi Le classement ATP