Open d'Australie (H) - Novak Djokovic après sa victoire en huitièmes de finale de l'Open d'Australie : « Il y a une part d'inconnu »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Qualifié pour les quarts de finale de l'Open d'Australie après sa victoire contre Milos Raonic dimanche, Novak Djokovic connaît la nature de sa blessure mais refuse de la communiquer. Il admet ignorer ce que donnera la suite de son tournoi. « Comment avez-vous vécu les 48 dernières heures ?
Hier (samedi), je n'ai pas du tout tapé dans la balle. J'ai passé la majeure partie des deux derniers jours sur la table de massage. Et j'ai essayé de me reposer au maximum. J'ai essayé différents traitements, des pilules, des anti-douleurs. Tous ceux qui m'ont aidé ont fait un super boulot, particulièrement mon kiné. Mais j'ai dû attendre la fin de mon échauffement pour savoir si j'allais entrer, ou non, sur le court. De quoi souffrez-vous exactement ?
J'ai passé une IRM, je connais la nature de ma blessure mais je ne veux pas en parler maintenant. Je ne dirai rien. Vous devez me comprendre, les gars. Je n'ai pas envie de spéculer sur le sujet. Avez-vous jamais pensé à vous retirer du tournoi ?
Si ça avait été un autre tournoi qu'un Grand Chelem, à coup sûr, je l'aurais fait. Mais c'est un Grand Chelem et cela a énormément d'importance pour moi à ce moment de ma carrière. Je veux me donner toutes les chances de récupérer, de pouvoir entrer sur le court. lire aussi Le film du match Comment avez-vous vécu ce match, que vous avez remporté contre Raonic ?
Avec mon style de jeu, qui nécessite beaucoup de déplacements, ce n'est pas facile de devoir disputer un match en trois sets gagnants. Mais je crois que la combinaison des médicaments, des massages, de la volonté, de la capacité à oublier la douleur, tout ça aide à passer outre. Mentalement, il a fallu que j'accepte que j'allais avoir mal, ce qui s'est passé d'ailleurs. Pendant le match, il y a eu des hauts et des bas. Comment voyez-vous la suite ?
Il y a une part de jeu, d'inconnu, me dit l'équipe médicale. On ne peut rien prévoir de ce qui va se passer sur le court. On peut causer plus de dommages mais ça peut aussi s'améliorer. Honnêtement, je pense que je ne saurai rien avant d'avoir arrêté les anti-douleurs. J'assume ce qu'il se passera après le tournoi parce que, quoiqu'il arrive, je prendrai le temps de me soigner à fond avant de revenir sur un court. » lire aussi Le tableau messieurs