Open d'Australie - L'Australie refuse à Novak Djokovic l'entrée sur son territoire

·2 min de lecture
Open d'Australie - L'Australie refuse à Novak Djokovic l'entrée sur son territoire
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Novak Djoković
    Novak Djoković
    Joueur de tennis serbe

Novak Djokovic n'a pas été autorisé à entrer sur le territoire australien, où il espérait participer à l'Open d'Australie. La demande d'entrée de Novak Djokovic en Australie a été rejetée selon le quotidien local The Age, citant deux sources proches du dossier. Peu après, le ministre australien de la Santé Greg Hunt, a déclaré que Novak Djokovic avait échoué à fournir « les preuves appropriées » pour entrer en Australie et qu'il serait renvoyé dans son pays. La police des frontières australienne a ensuite déclaré mercredi soir (jeudi matin heure locale) qu'elle « s'assure que tous ceux qui arrivent à [ses] frontières sont en règle avec les lois et les exigences d'entrée ». Confirmant les propos du ministre australien de la Santé, la police indique que « son visa a été par conséquent annulé ». Les étrangers « qui voient leur visa annulé seront détenus et expulsés d'Australie », indique-elle également dans un communiqué. lire aussi Les questions que pose l'exemption accordée à Novak Djokovic
Le numéro un mondial devrait être contraint de quitter le territoire dès jeudi, après avoir passé la nuit à l'aéroport de Melbourne, où il était retenu depuis son arrivée mercredi. Novak Djokovic, non-vacciné contre le Covid-19, avait annoncé mardi avoir bénéficié d'une exemption médicale (qui sont au nombre de cinq) pour venir défendre son titre en Australie. À l'arrivée à Melbourne mercredi (heure locale) en toute fin de soirée, le joueur n'avait pas pu franchir la douane à cause d'un problème de visa, à la différence du reste de son staff, qui l'attendait depuis dans un des salons de l'aéroport. L'affaire a pris une tournure internationale après que le président serbe a publiquement affirmé dans la journée que « les autorités serbes prenaient toutes les mesures pour faire cesser le harcèlement contre le meilleur joueur de tennis du monde dans les plus brefs délais. Conformément à toutes les normes du droit international public, la Serbie se battra pour Novak Djokovic, pour la justice et la vérité ».
Le joueur pourrait rejoindre une chambre d'un hôtel, dépendant du gouvernement, le temps de trouver un vol pour l'Europe dans la journée. L'officialisation de l'exemption par Djokovic lui-même avait suscité des réactions hostiles, dans une ville qui a été l'une des plus confinées au monde (avec plus de 200 jours de mesures restrictives drastiques), instaurant peu à peu une dimension politique à ce sujet.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles