Open d'Australie - Les organisateurs de l'Open d'Australie jugent peu probable un report

L'Equipe.fr
L’Equipe

Malgré les gigantesques incendies qui ravagent l'Australie, les organisateurs du tournoi du Grand Chelem estiment que les mesures prises devraient permettre la tenue de la compétition qui débute le 20 janvier à Melbourne. La fumée liée aux feux de forêt qui ravagent l'Australie ne devrait pas entraîner un report du premier tournoi du Grand Chelem de l'année (20 janvier - 2 février), ont annoncé mardi les organisateurs, assurant avoir pris toutes les mesures pour protéger les joueurs. Melbourne est pourtant enveloppée depuis plusieurs jours d'un nuage de fumée toxique. Et plusieurs joueurs, dont Novak Djokovic, président du Conseil des joueurs de l'ATP et numéro 2 mondial, ont exprimé leur souhait d'un report si la fumée des incendies, qui ont fait 25 morts, menaçait la santé des joueurs. Le patron de la Fédération australienne (Tennis Australia) Craig Tiley a affirmé mardi ne pas envisager une telle mesure : « Au vu des informations dont nous disposons pour le moment - avec les qualifications qui ont lieu la semaine prochaine - les prévisions sont bonnes. Nous ne prévoyons aucun retard et nous avons mis en place des mesures supplémentaires afin de garantir que l'Open d'Australie puisse se dérouler comme prévu. » L'Open d'Australie sous la menace des incendies « Les incendies les plus proches sont à plusieurs centaines de kilomètres de la ville, a-t-il affirmé, soulignant que la santé et la sécurité des joueurs, du personnel et des supporters étaient cependant une priorité. Nous avons consacré des moyens supplémentaires considérables pour l'analyse, le suivi et la logistique [...] tout au long du tournoi. Sur place, il y aura des experts en météo et en qualité de l'air qui analyseront tous les données disponibles en direct et évalueront en temps réel la qualité de l'air au Melbourne Park. » La présence d'une éventuelle fumée toxique sera traitée de la même manière qu'une chaleur ou une pluie exceptionnelle, les arbitres pouvant interrompre le match si la surveillance atmosphérique fait apparaître qu'il est trop dangereux de continuer. Le Melbourne Park possédant trois stades couverts et huit courts intérieurs, les risques d'un retard dans le calendrier semblent minimes.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi